jump to navigation

« Dire non à la Turquie aurait un coût énorme », met en garde le président de la Commission, M. Barroso 31 août 2006

Posted by Acturca in EU / UE, France, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: ,
trackback

Le Monde (France), jeudi 31 août 2006, p. 8

Philippe Ricard

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a profité d’un passage à l’université d’été du Medef, dont il était l’invité d’honneur, mardi 29 août, à Jouy-en-Josas (Yvelines), pour dresser le portrait-robot du futur dirigeant français :  » Il devra maintenir la France au coeur de l’aventure européenne « , estime-t-il, plus d’un an après le rejet du projet de Constitution européenne par les électeurs français.

 » Ce qui est important pour la Commission européenne, c’est d’avoir – qu’ils soient de gauche ou droite – des gens qui puissent avoir une éthique de conviction et de responsabilité pour l’Europe « , a-t-il précisé, afin de  » ne pas céder au populisme « . Cette mise en garde illustre l’inquiétude perceptible à Bruxelles à propos des prochaines échéances électorales françaises.

Comme les principaux candidats ne semblent pas s’intéresser à la construction européenne, les eurocrates craignent que les partis de gouvernements ne se fassent déborder sur la question par les extrêmes. Pour le patron de l’exécutif européen,  » il faut en particulier tordre le coup à certaines idées reçues et à certains amalgames dangereux qui amènent les citoyens à confondre dans un même mouvement de rejet la mondialisation et l’Europe « .

Renforcer l’unité de l’Europe

M. Barroso a répondu aux critiques formulées un peu plus tôt par les dirigeants français à propos de l’état de l’Europe. Tandis que Catherine Colonna, ministre française déléguée aux affaires européennes, avait jugé, mardi matin devant les ambassadeurs français réunis à Paris,  » préoccupant  » le fonctionnement de l’Union (Le Monde du 30 août), il a mis en garde contre  » l’europessimisme  » dont feraient désormais preuve, selon lui, les partisans de la construction européenne.

M. Barroso a répété que l’élargissement  » est un puissant outil politique pour renforcer l’unité de l’Europe dans la diversité « . Pour lui, l’adhésion de nouveaux membres  » est la condition de l’Europe puissance et non de l’Europe miniature dont certains voudraient se contenter « . M. Barroso est d’avis que  » dire non à la Turquie aurait un coût énorme « .

Plus tôt, Mme Colonna s’était interrogée sur la  » capacité d’absorption  » de l’Union, sans nommer la Turquie :  » L’élargissement modifie en profondeur la nature même du projet européen, alors que l’on affecte de croire que l’on poursuit la même construction européenne en étant simplement plus nombreux « .

M. Barroso a, par ailleurs, implicitement contesté l’analyse énoncée la veille par Jacques Chirac à propos de l’action de l’Europe lors du conflit, cet été, entre Israël et le Liban. Le président de la République avait regretté que l’Union ait  » été trop absente de la crise libanaise « .

 » Globalement, on peut dire que l’Europe a donné une réponse positive. Nous sommes le plus gros contributeur, déjà, pour l’aspect humanitaire et pour la reconstruction, et même pour la force de stabilisation « , a, au contraire, estimé le responsable bruxellois.  » On aurait pu aller plus vite « , a-t-il simplement reconnu.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :