jump to navigation

Ankara s’engage sur le JSF 1 février 2007

Posted by Acturca in Turkey / Turquie, USA / Etats-Unis.
Tags:
trackback

Air & Cosmos, No 2063, 2 février 2007

Bernard Bombeau

Les Etats-Unis et la Turquie ont signé, le 26 janvier, une lettre d’intention pour poursuivre leur coopération sur le programme de l’avion de combat américain JSF (F-35), Joint Strike Fighter. 

L’annonce officielle émane de Washington. En soi, elle ne constitue pas, à proprement parler, une surprise. Après l’Australie, les Pays-Bas, le Canada, la Norvège et, bien sûr, la Grande-Bretagne, il était logique que les autorités turques se joignent à la phase d’industrialisation (PSFD – Production Sustainment and Follow-on Design).

Etape. Mais Ankara, partie prenante du projet depuis 2002, est allée plus loin que la plupart des partenaires impliqués dans ce programme de coopération à l’échelle mondiale. En signant ce nouveau « contrat » sous forme de MoU (engagement de principe), les autorités turques ont aussi promis au maître d’oeuvre américain de s’engager à plus long terme sur « l’achat de 100 JSF en version conventionnelle ».

Ainsi, le plus petit des partenaires financiers du « chasseur de cinquième génération » brûle les étapes. Non seulement, il s’investit à hauteur de 10 Md$ sur vingt à trente ans, mais il fait aussi implicitement table rase du principe de « choix final » qui, outre le Royaume-Uni, dicte la démarche de la majorité des Etats coopérants. En d’autres termes, Ankara rend caduque toute forme de compétition lorsqu’il s’agira de remplacer les quelque 150 F-4E/RF-4E (dont une cinquantaine récemment modernisés) et les plus anciens F-16C/D de la Turk Hava Kuvvetleri (Force aérienne turque). Ainsi, il en serait définitivement terminé de l’ouverture européenne en direction du Typhoon d’Eurofighter (EADS). Même si celle-ci pouvait apparaître, de longue date, quelque peu compromise.

Ancrage. Ce faisant, la Turquie confirme politiquement son ancrage transatlantique. Un ancrage déjà bien affirmé en avril 2005 avec l’annonce d’une modernisation de son parc de Lockheed Martin F-16 au standard MLU (Middle Life Update). Un programme de 1,1 Md$ étalé jusqu’en 2012 pour 117 appareils dans un premier temps et une option sur 100 autres. De quoi attendre l’arrivée du F-35 Lightning II au-delà de cet horizon. Ankara, qui ouvre largement à l’Otan et aux Etats-Unis sa base d’Incirlik comme tremplin vers l’Irak et l’Afghanistan, a par ailleurs décidé de rouvrir aux F-16 de l’US Air Force son champ de tir anatolien de Konya, fermé à l’aviation américaine en 2003 à la suite de l’invasion de l’Irak. De quoi alimenter de nouvelles rumeurs concernant les intentions de Washington à l’égard de l’Iran.

Avec cette nouvelle annonce, l’avionneur américain fait, à peu de choses près, le plein des signatures attendues. Sur les dix partenaires étrangers du programme, seuls – à ce jour – l’Italie et le Danemark n’ont pas encore formellement ratifié une entrée en phase de production dont le coût global est estimé à 175 M$. Mais, d’après Washington, tous devraient rejoindre le PSFD dans « les jours à venir », au plus tard avant la fin février. Dernier souscripteur en date, la Norvège s’est engagée à la mi-janvier, tout en réaffirmant vouloir maintenir la compétition ouverte entre le JSF et ses principaux rivaux européens, le JAS-39C/D Gripen et le Typhoon.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :