jump to navigation

Ankara ne bougera pas avant la fin de l’isolement de Chypre Nord 6 mars 2007

Posted by Acturca in South East Europe / Europe du Sud-Est, Turkey-EU / Turquie-UE.
trackback

Belga (Belgique)                                                     Türkçe

02/03/2007

La Turquie n’ouvrira pas ses ports et aéroports aux avions et navires chypriotes grecs tant qu’il ne serait pas mis fin « à l’isolation et l’embargo » qui vise la partie nord de Chypre, a répété vendredi le ministre turc de l’Economie Ali Babacan. 

« Nous voulons d’abord voir la fin de l’isolation de la partie nord de Chypre et la levée de l’embargo. Après nous ouvrirons nos ports et aéroports », a indiqué vendredi lors d’une conférence à Bruxelles M. Babacan, également négociateur en chef pour l’adhésion de son pays à l’UE. « Nous sommes prêts à discuter (…) car nous ne voulons pas que ce problème dure plus longtemps. Mais nous voulons une solution globale », a-t-il ajouté.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE ont suspendu en décembre dernier 8 des 35 chapitres des négociations d’adhésion de la Turquie après le refus d’Ankara d’ouvrir ses ports et aéroports à la République de Chypre, contrairement à ses engagements pris avant l’ouverture de ces discussions en octobre 2005.

Le gouvernement turc a jusqu’ici toujours justifié sa position par le non-respect d’une autre promesse, à savoir la levée de l’isolement international de la république autoproclamée de Chypre-Nord (RTCN). L’UE s’était en effet engagée à reprendre le commerce direct avec Chypre-Nord après le rejet en 2004 d’un plan de paix de l’ONU par les Chypriotes grecs, mais le respect cet engagement se heurte depuis lors au blocage des Chypriotes grecs.

Intervenant lors d’une conférence organisée par l’European Policy Center à Bruxeles, M. Babacan a estimé que, en bloquant l’adhésion turque, l’Europe se privait d’un « énorme atout » pour « un tout petit problème de ports ». « La Turquie sera le moteur de la croissance européenne », a lancé le négociateur en chef turc. « Nous sommes déjà le cinquième marché d’exportation pour l’Union, et nous représentons une route alternative pour l’alimentation de l’Europe en énergie, avec de nombreux projets de pipelines reliant l’Asie centrale », a-t-il encore rappelé.

Le ministre turc a toutefois assuré la détermination de son pays à rejoindre l’UE. « Nous serons patients et constructifs pour le futur de l’Europe », a-t-il conclu.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :