jump to navigation

Bruxelles renvoie aux calendes les futurs élargissements 8 novembre 2007

Posted by Acturca in EU / UE, South East Europe / Europe du Sud-Est, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags:
trackback

La Tribune (France)

mercredi, 7 novembre 2007, p. TR31

La Commission dresse un tableau mitigé des progrès réalisés par la Turquie et les pays des Balkans qui frappent à la porte de l’Union, douchant l’espoir des partisans d’un élargissement rapide.

La Commission de Bruxelles est face à un dilemme inextricable. Elle souhaite ne pas désespérer les pays candidats à l’adhésion à l’Union européenne tout en tenant compte de l’opinion publique des États membres actuels qui expriment une  » fatigue  » certaine face à l’arrivée massive de nouveaux pays dans l’Union. D’où un rapport annuel sur l’élargissement, publié hier, qui s’efforce tout à la fois de maintenir la perspective de l’élargissement et rester ferme sur les conditions. Il est vrai, les pays concernés sont  » explosifs « , comme le souligne un diplomate. Car sont concernées par cet exercice la Turquie et la Croatie, qui ont déjà entamé des négociations d’adhésion, la Macédoine, qui a déjà obtenu son statut de pays candidat mais attend l’ouverture des négociations d’adhésion, et, enfin, quatre autres candidats potentiels, l’Albanie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie. Ce qui semble sûr, c’est que les conditions d’admission de nouveaux États membres dans l’Union seront beaucoup plus sévères que celles qui ont par exemple prévalu pour la Bulgarie et la Roumanie.

La Croatie, qui a entamé des négociations d’adhésion en octobre 2005, en même temps que la Turquie, obtient une évaluation la plus positive qui confirme son statut de prochain pays à adhérer à l’Union européenne. Mais, alors que Zagreb espère rejoindre l’Union en 2009 ou 2010, Bruxelles refuse d’évoquer une échéance et critique le rythme des réformes.

Relancer les reformes politiques

La Turquie a fait, elle, des  » progrès limités  » en 2007 – année électorale – et doit relancer ses réformes politiques, notamment pour améliorer la liberté d’expression et de religion, le contrôle de l’armée par le pouvoir militaire, les droits des minorités. Mais la Commission salue la fin du bras de fer entre l’armée turque et les islamistes modérés de l’AKP au pouvoir, soulignant qu’en Turquie,  » la démocratie a prévalu sur la crise politique « . Reste que Bruxelles appelle Ankara à laisser entrer dans ses ports les navires de la république de Chypre, pays membre de l’UE que la Turquie ne reconnaît pas.

La Macédoine, qui espérait obtenir l’ouverture des négociations formelles en 2008, voit aussi ses espoirs déçus. La Commission recommande de reporter cette échéance à 2009 en raison des tensions persistantes entre Macédoniens de souche et minorité albanophone. La Serbie, enfin, qui espère devenir candidate à l’adhésion, devra faire la preuve de sa pleine coopération avec le Tribunal pénal international de La Haye sur les crimes de guerre commis dans l’ex-Yougoslavie. Bruxelles l’appelle également à faire preuve d’un esprit constructif dans les négociations sur le statut final du Kosovo, une province peuplée à 90 % d’albanophones que les Occidentaux veulent voir accéder à l’indépendance alors que Belgrade exige qu’elle reste dans son giron.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :