jump to navigation

Mutlu Demir, l’espoir du Bosphore 11 janvier 2008

Posted by Acturca in France, Turkey / Turquie.
Tags: ,
trackback

Le Progrès (France), 10 janvier 2008, P. 23

E.P.

Le Ligérien Mutlu Demir prend son mal en patience au Banvit BC en attendant de percer au plus haut niveau Cet été je vais travailler un mois avec Mike Gonsalves avant d’aller faire la Summerleague, mais il ne le sait pas encore !»

Il est loin le temps où le petit Mutlu courait à la Chapelle, quartier d’Andrézieux-Bouthéon, à deux pas du gymnase Lacoste et du Palais des sports devenu depuis l’antre du basket local. Aujourd’hui, Mutlu Demir, fait ses crocs de basketteur au Banvit BC, sous l’oeil protecteur de sa famille, en attendant de percer au plus haut niveau.

Parti il y a quelques années de la Chorale de Roanne où il resta un an direction le grand club turc d’Efes Pilsen, Mutlu Demir, pivot d’à peine 20 ans a bien grandi, au propre comme au figuré. «Je n’oublierai jamais mon année avec Roanne et Jean-Michel Giroudon, jamais», glisse-t-il. Du haut de ses 2,08 m, il a vite été mis dans le grand bain du métier, et la Turquie n’était pas forcément une solution de facilité pour le natif de Saint-Priez-en-Jarez.

«Effectivement car je parlais en fait à peine le turc. Je venais dans mon pays d’origine pour les vacances, mais dans un village.

Là je me suis retrouvé dans une grande ville puis à Istanbul et ses plus de 10 millions d’habitants», raconte-t-il sans détour.

Son frère, resté en France, veille sur sa carrière. Aujourd’hui, tout n’est pas rose: «Franchement, je ne peux pas dire que cela va bien mais bon, c’est comme ça, je ne vais pas mentir, ils m’ont fait un superbe contrat». Mutlu Demir pense à sa famille: «Tout peut s’arrêter vite, alors, mieux vaut prévoir». Il n’y a rien de plus fort que l’union familiale et lorsque Mutlu a pu aider à construire une maison dans la Loire à ses parents sans oublier son frère, il l’a fait. Reste à accomplir son rêve, percer au plus haut niveau.

«J’ai fait une belle saison avant d’aller au Banvit BC, mais c’est ainsi».

Des idées, Effendi et Mutlu n’en manquent pas. Celui qui avait attiré l’oeil des scouts NBA il y a belle lurette, après avoir été en équipe de France de sa catégorie et enrôlé au Efes Pilsen, a de la suite dans les idées.

«J’ai hésité à me présenter à la draft l’été dernier mais l’an prochain, je vais faire la Summerleague après avoir travaillé avec Mike Gonsalves. Je vous dis ça mais Mike n’est pas encore au courant de ce souhait». On en revient à la mémoire. Mike Gonsalves a entraîné Andrézieux – j’étais gamin, j’avais 10/12 ans – avant d’aller s’essayer à la Chorale. En attendant, Mutlu poursuit son apprentissage. Mardi, il n’a joué que trois minutes en Fiba Eurocup face à Cherkaski, pour une troisième défaite (88-90) en autant de matches en seconde phase. Résultat, il n’a pas pu venir voir comme il le souhaitait la Chorale contre le Fenerbahçe. «Notre coach a annulé notre jour off, on s’entraîne deux fois». Pas le temps de traverser le Bosphore avant la fin du match de Roanne. Mais il se l’est promis, quitte à ramer, il fera tout pour réaliser une grande carrière.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :