jump to navigation

Tassos Papadopoulos ou l’intransigeance au pouvoir 18 février 2008

Posted by Acturca in South East Europe / Europe du Sud-Est.
Tags: , , , , , ,
trackback

Agence France Presse

14 février 2008, Nicosie

Champion de l’héllénisme pour les uns, détracteur buté de l’influence turque pour les autres, le président Tassos Papadopoulos, qui brigue un second mandat, incarne avant tout la frange dure du nationalisme chypriote-grec.

Près d’un demi-siècle après avoir décroché son premier portefeuille ministériel, ce moustachu sec de 74 ans à la voix éraillée –séquelle d’une opération des cordes vocales– se présente comme un « dur » qui jamais ne pliera devant les pressions extérieures, au risque d’isoler son pays.

Son bilan est son meilleur argument.

Avocat formé à Londres, il était apparu en 2004 en pleurs devant les caméras de télévision pour exhorter ses compatriotes à dire Non à un plan onusien de réunification de Chypre porté par le secrétaire général de l’ONU de l’époque Kofi Annan.

Peu après, les Chypriotes-grecs avaient massivement rejeté par référendum ce projet pourtant accepté par les Chypriotes-turcs, entérinant le statu quo sur une île divisée depuis l’invasion turque de sa partie nord en 1974.

« En aucun cas je n’accepterai que soit réexaminé le plan Annan ou une autre version de ce projet sous un autre nom », affirmait-il récemment dans la presse, tout en jugeant qu’une division définitive de l’île serait « une catastrophe ».

Elu cinquième président de Chypre en 2003, il a accompagné l’entrée de son pays dans l’Union européenne en 2004, puis l’adoption de l’euro, le 1er janvier 2008.

Il s’est toujours refusé à opposer son veto à la candidature de la Turquie à l’entrée dans l’UE et affirme que Chypre soutient les efforts turcs en ce sens si Ankara accepte de normaliser ses relations avec Nicosie.

La vie de Tassos Papadopoulos se confond étroitement avec l’histoire de la jeune République de Chypre.

Chef du secteur de Nicosie lors de la lutte pour l’indépendance contre l’empire colonial britannique au sein de l’Organisation nationale des combattants chypriotes (Eoka), il fut l’un des quatre représentants chypriotes-grecs dans le comité de rédaction de la Constitution.

Plus jeune ministre de l’histoire moderne de Chypre, dès 1959, il a occupé successivement plusieurs postes ministériels jusqu’en 1970, dont ceux de l’Intérieur et du Travail.

Député de 1970 à 2003, il a brièvement assumé les fonctions de négociateur en chef avec les Chypriotes-turcs, de 1976 à 1978.

La campagne présidentielle de 2003 avait été marquée par des accusations de ses adversaires, notamment celle d’avoir entretenu des relations d’affaires avec le président yougoslave Slobodan Milosevic dans les années 1990, en violation de l’embargo de l’ONU alors en vigueur.

M. Papadopoulos, qui a toujours rejeté ces accusations, avait été ensuite blanchi par le ministère de la Justice.

Marié à une héritière de l’empire industriel chypriote Leventis, Tassos Papadopoulos, né le 7 janvier 1934 à Nicosie, est père de quatre enfants dont un, Nicolas, qui siège au Parlement depuis 2006.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :