jump to navigation

UE/Turquie : Ankara espère des progrès sous présidence française 29 mai 2008

Posted by Acturca in France, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , , , ,
trackback

Europolitique

29 mai 2008

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ali Babacan, est optimiste quant aux résultats de la présidence française car il reçu des assurances de Paris que de nouveaux chapitres de négociation seront ouverts au second semestre. « Lors de nos récents contacts, nous avons été assurés par les fonctionnaires français que la présidence française serait une présidence normale. Nous avons reçu des garanties sur le fait qu’elle ouvrirait de nouveaux chapitres » après son arrivée aux commandes de l’UE, le 1er juillet, a déclaré M. Babacan aux membres de la commission des affaires étrangères du Parlement européen, le 28 mai.

Il a indiqué que, même s’il n’ignorait pas l’opposition du président français, Nicolas Sarkozy, à l’adhésion de la Turquie, il espérait néanmoins que les négociations se poursuivraient sans difficulté majeure ni interruption.

Opposé à l’adhésion de la Turquie qui, selon lui, ne fait pas partie de l’Europe, M.Sarkozy compte bloquer l’ouverture de certains chapitres décisifs, vraisemblablement cinq sur les trente-cinq à négocier.

Lors d’une conférence au European Policy Center, le 26 mai, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui, lui, soutient l’adhésion de la Turquie, a confirmé que Paris ne soulevait aucune objection à la négociation des autres chapitres que ceux qui ont un lien direct avec l’adhésion. « La France n’opposera aucun obstacle à l’ouverture d’un chapitre après l’autre. Je ne peux fournir de réponse plus optimiste que celle là », a déclaré M. Kouchner. Il a reconnu que « s’il n’appartenait qu’à moi, j’aimerais voir l’ouverture de six chapitres durant la présidence française. Mais l’on sait la position du président français. Il ne veut pas de l’adhésion de la Turquie ».

Le 27 mai, le commissaire à l’Elargissement, Olli Rehn, a déclaré devant la commission parlementaire conjointe UE-Turquie, que sept chapitres pourraient être ouverts au second semestre, outre les chapitres 6 (droit des sociétés) et 7 (droits de la propriété intellectuelle) dont l’ouverture est prévue le 17 juin, « pour autant que la Turquie satisfasse aux exigences techniques d’ouverture ». Les chapitres en question portent sur la libre circulation des capitaux (4), les marchés publics (5), la concurrence (8), la sécurité alimentaire, les questions vétérinaires et phytosanitaires (12), la fiscalité (16), la politique sociale et l’emploi (19) et l’environnement (27).

Appui à la réunification de Chypre

Répondant à une question de Ioannis Kasoulides (PPE-DE, Chypre) concernant la position turque sur le lancement éventuel de négociations entre les communautés chypriotes grecque et turque sur la réunification, M. Babacan a confirmé le soutien de son pays aux efforts en vue de nouvelles négociations.

A propos de la récente rencontre des leaders chypriotes, il a confirmé que, pour la Turquie, l’objectif ultime des négociations est une fédération « bi-zonale et bi-communautaire », réfutant ainsi les spéculations selon lesquelles la Turquie souhaitait une solution reflétant la situation actuelle de l’île.

A l’issue de leur seconde rencontre depuis la victoire aux élections de M. Christofias, celui-ci et son homologue turc Mehmet Ali Talat ont publié le 23 mai une déclaration conjointe dans laquelle ils réaffirment leur engagement en faveur d’une fédération, composée de deux zones et de deux communautés avec égalité politique.

M. Babacan a aussi évoqué la question controversée des 35.000 soldats turcs toujours établi dans la partie Nord de Chypre. Il estime que les futures négociations sur la réunification devraient aussi porter sur les moyens de réduire les troupes étrangères à Chypre . En effet, au titre du Traité de garantie de 1960, Royaume-Uni, Turquie et Grèce maintiennent des forces militaires à Chypre. Selon Ankara, ce statut de garant permet à la Turquie de conserver une présence militaire sur l’île. Cette vue n’est pas partagée par les Chypriotes grecs et par l’UE, qui ont souvent demandé à la Turquie de retirer ses soldats de Chypre du Nord.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :