jump to navigation

Fethullah Gülen : Plus grand penseur du monde 10 juillet 2008

Posted by Acturca in Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

Courrier International (France), 10 juillet 2008, p. 10

Prospect (Londres)

Fethullah Gülen, 67 ans, penseur musulman, vient d’être élu intellectuel le plus influent de la planète par les internautes sollicités par le mensuel britannique Prospect. Cette distinction consacre une personnalité qui pourrait bientôt jouer un rôle important en Turquie.

« Peut-on être un vrai croyant et entretenir de bonnes relations avec des gens d’autres confessions ou avec des agnostiques ? Et peut-on rester ouvert aux idées nouvelles et aux nouveaux modes de penser ? Fethullah Gülen, religieux, penseur et écrivain turc soufi de 67 ans, a consacré une grande partie de sa vie à résoudre ces questions », écrit Prospect. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles il vient d’être désigné comme l’intellectuel le plus influent du monde lors du vote organisé par le mensuel britannique et par la revue américaine Foreign Policy auprès des internautes, devançant le Prix Nobel de la paix Muhammad Yunus et huit autres personnalités musulmanes ou originaires de pays musulmans. Prospect explique que Gülen a bénéficié d’une campagne en sa faveur lancée par le quotidien turc Zaman. Cette initiative illustre l’influence qu’il exerce dans son pays et au-delà, via ce que l’on appelle le mouvement Gülen (il possède un site en français, http://fr.fgulen.com Ce réseau, estimé à 5 millions de personnes, « se targue de posséder des journaux et des magazines, des chaînes de télévision et des radios, des hôpitaux et plus de cinq cents écoles privées dans une douzaine de pays – dans les anciennes Républiques soviétiques turcophones, mais aussi en Afrique, en Chine et aux Etats-Unis », détaille Prospect.

« Sa soixantaine de livres et les cassettes et vidéos de ses conférences ont galvanisé des millions de personnes », explique la revue. « Pourquoi ? Un mélange de charisme, de bonne organisation et un message attractif. Le message que véhicule Gülen est que l’on peut se sentir à l’aise dans le monde moderne tout en adhérant à des valeurs traditionnelles comme la foi et la responsabilité collective – un message qui a un fort écho en Turquie. » La plupart de ses adeptes là-bas sont d’ailleurs issus des « classes moyennes, qui aspirent à la réussite ».

Né en 1941 dans un village d’Anatolie orientale proche de la frontière iranienne, Fethullah Gülen a été imam, une charge publique en Turquie, jusqu’au coup d’Etat militaire de 1981. Il s’est depuis consacré au développement de son mouvement, sans toutefois jouer de rôle ouvertement politique. Critique dans les années 1990 à l’égard du Parti de la prospérité, la formation islamique de Necmettin Erbakan, il s’est depuis rapproché du Parti de la justice et du développement (AKP), actuellement au pouvoir.

En exil aux Etats-Unis depuis une dizaine d’années, Fethullah Gülen, qui était accusé d' »avoir créé une organisation visant à détruire l’Etat laïc », vient d’être acquitté par la Cour de cassation turque. Cette décision a relancé les spéculations sur le rôle qu’il pourrait jouer en cas de crise politique en Turquie, car l’AKP est menacé de dissolution par la justice.

Mais, comme le rappelle le quotidien turc Sabah, « l’establishment turc est prêt à nouer des alliances temporaires a priori contre-nature pour préserver ses intérêts. Ainsi, l’ouverture d’écoles turques un peu partout dans le monde par l’organisation de Fethullah Gülen ou le fait que celle-ci concurrence les missionnaires chrétiens en Turquie arrange plutôt l’élite bureaucratique, qui peut même, à l’occasion, donner un coup de pouce à ce mouvement. Dans ces conditions, son retour éventuel en Turquie n’aura forcément rien à voir avec celui de Khomeiny en Iran [en 1979]. C’est mal connaître Fethullah Gülen et son organisation que de les associer à un régime à l’iranienne. Le Premier ministre Erdogan est d’ailleurs sans doute celui qui aurait le plus à craindre d’un retour de Gülen en Turquie. »

« Fethullah Gülen n’approuve pas le concept de gouvernance despotique des mollahs iraniens, pas plus qu’il n’est un partisan de la méthode révolutionnaire », ajoute Mehmet Metiner, intellectuel issu de la mouvance islamiste modérée, dans le quotidien Bugün, peu enclin à critiquer le mouvement de Gülen. « Il est souvent présenté comme le leader d’une mouvance politico-religieuse. Cette qualification est fausse si l’on prétend qu’il s’agit par là d’imposer une religion comme système et d’en faire une idéologie officielle. Elle s’avère plus exacte si l’on dit que cette organisation veut faire en sorte que des croyants et pratiquants puissent vivre en accord avec leurs convictions religieuses. »

Commentaires»

1. ismail - 6 avril 2009

je voudrer s avoir combien de sakali serif se trouve en turquie


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :