jump to navigation

Les frontières de la paix 5 septembre 2008

Posted by Acturca in EU / UE, Russia / Russie, South East Europe / Europe du Sud-Est, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , , , , ,
trackback

Le Monde (France), 5 septembre 2008, p. 2

Thomas Ferenczi

La crise en Géorgie et son extension éventuelle à d’autres pays voisins de la Russie comme l’Ukraine et la Moldavie relance indirectement la question des frontières de l’Union européenne.  » C’est la question à un million de dollars, disait naguère Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne. Elle est insoluble.  » Sans doute n’est-il pas possible de dire par avance où finit l’Union européenne mais la question se pose, au cas par cas, chaque fois qu’est évoquée, plus ou moins nettement, la candidature d’un nouvel Etat. Celle de la Turquie est à l’ordre du jour depuis plusieurs années, comme celle des Balkans occidentaux. En revanche, celle des ex-républiques soviétiques – mis à part les Etats baltes, entrés dans l’Union en 2004 – n’a jamais dépassé le stade des spéculations.

Aujourd’hui, face aux tentatives de la Russie pour rétablir sa mainmise sur ses anciennes possessions, il se pourrait bien que l’adhésion de ces Etats à l’Union européenne devienne un sujet de réflexion sérieux. Une telle perspective ne peut être que lointaine, aucun des pays concernés n’étant prêt à adhérer dans un avenir proche. Mais le simple fait de leur entrouvrir la porte en leur donnant l’assurance que, s’ils remplissent les conditions imposées à tous les candidats, rien ne s’opposera, le jour venu, à leur admission, serait une bonne façon de leur témoigner concrètement la solidarité de l’Europe et surtout de les inciter à se moderniser pour se rapprocher de leurs futurs partenaires. Le moment semble venu de leur adresser un message d’espoir.

Il est vrai que, depuis l’entrée des anciens pays communistes, le processus d’élargissement marque le pas et suscite beaucoup d’inquiétude dans les opinions publiques. Est-il vraiment utile de charger encore la barque alors que les négociations avec la Turquie et les Etats des Balkans occidentaux piétinent et que le non irlandais au traité de Lisbonne paralyse la réforme des institutions européennes ? La réponse est oui, car rien ne remplace la promesse d’adhésion pour aider à la stabilité et au développement d’Etats en difficulté. Comme l’écrit le géographe Michel Foucher dans L’Obsession des frontières (Perrin, 2007),  » l’Union n’a rien de mieux à offrir qu’elle-même « . L’offre d’intégration apparaît à la fois comme un  » levier pour la réforme  » et comme un  » outil de gestion de crises « .

Ce n’est pas une raison, souligne Michel Foucher, pour ignorer les arguments de ceux qui appellent à une clarification préalable de la  » dimension territoriale  » du projet européen. Dans une note qu’il cosigne avec Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert-Schuman, sur  » L’Union européenne face à la guerre russo-géorgienne « , le géographe invite l’Europe à la prudence en la mettant en garde contre  » des promesses inconsidérées d’adhésion systématique « . Selon les deux auteurs,  » précipiter les adhésions, que les grandes diplomaties européennes ont eu la sagesse de modérer jusqu’ici, n’aurait pour seul effet que d’impliquer l’Union européenne dans l’un ou l’autre camp « .

Les deux analystes ont peut-être raison dans l’immédiat. Il n’en reste pas moins indispensable de préparer l’Europe de demain, ou d’après-demain, une Europe qui sera fondée, selon Jacques Delors, sur une  » approche géopolitique  » autant que politique. Celle-ci suppose que priorité soit donnée aux intérêts stratégiques de l’Union. De ce point de vue, l’Europe a besoin d’arrimer aussi solidement que possible ses confins orientaux, de l’Ukraine à la Turquie, en passant par la Transcaucasie. Son identité s’en trouvera sans doute diluée mais son rôle dans le monde en sortira renforcé.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :