jump to navigation

La candidature turque à l’Union européenne; Un été encourageant 11 septembre 2008

Posted by Acturca in Turkey / Turquie, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags:
trackback

Le Jeudi (Luxembourg), 11 septembre 2008

Georges Guisam

Les choses bougent en Turquie, et dans le bon sens. Deux événements le soulignent: le rejet par la Cour suprême de la demande d’interdiction de l’AKP et la visite du président turc en Arménie. L’été n’a pas été riche en signes encourageants sur le plan international. Alors profitons de cet air frais qui nous vient du Bosphore!

La crainte était forte au printemps 2008 de revivre des épisodes du passé récent de l’histoire turque. En 1996, le Refah, parti d’inspiration islamiste conduit par Necmettin Erbakan, avait gagné les élections. Onze mois plus tard, sous la pression de l’armée, il dut démissionner et son parti fut ensuite interdit. Motif: il portait atteinte à la laïcité constitutionnelle de la République.

L’AKP, héritier politique du Refah, a remporté deux élections générales consécutives en 2002 et 2007. Il est parvenu à faire élire l’un des siens à la présidence de la République en 2007 après des mois de tensions, en particulier avec l’armée.

En mars 2008, l’assemblée adopta un amendement constitutionnel autorisant le port du foulard islamique à l’université. La Cour constitutionnelle annula ce texte à la fin juin mais surtout elle examina une requête du procureur en chef de la Cour de cassation demandant l’interdiction de l’AKP. La tension commença à monter derechef. Fin juillet, la décision de la Cour tomba: le parti n’était pas interdit et ses chefs, dont le Premier ministre, Erdogan, n’étaient pas chassés du pouvoir. La Cour se «contenta» de rappeler à l’ordre tout ce petit monde.

Début de dialogue ?

Samedi 6 septembre, le président Abdullah Gül s’est rendu à Erevan pour assister au match de football entre l’équipe de son pays et celle de l’Arménie. Il y a bien eu des sifflets et quelques manifestants hostiles mais la visite et le match se sont bien déroulés. On est encore loin de la reconnaissance par le pouvoir turc du génocide arménien mais dès lors que les ennemis irréductibles d’hier se parlent, tout devient possible.

Encore une fois, et de façon toujours aussi paradoxale, ce sont les milieux nationalistes qui donnent de la voix contre cette initiative. Ceux-là même qui se voudraient les défenseurs intransigeants de l’héritage d’Atatürk confortent leur position d’obstacle à la modernisation et à la démocratisation du pays.

Il reste encore du chemin pour que la Turquie ait levé les obstacles qui se dressent encore sur sa route vers l’UE.

Le courant islamiste que représente aujourd’hui l’AKP ressemble de plus en plus à la démocratie-chrétienne ou à ses avatars les plus récents regroupés au sein du PPE. Parti inspiré par des valeurs issues d’une religion du Livre, libéral au plan économique et politique, conservateur dans le domaine des valeurs, soucieux de questions sociales…

Encouragement pour ceux qui voient l’adhésion turque comme une nécessité pour la paix, ces événements doivent inciter les opposants les plus fervents à se donner au moins un délai de réflexion.

Il faut laisser du temps au temps…

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :