jump to navigation

Après la Géorgie, un jeu délicat pour Bakou entre Moscou et Washington 12 octobre 2008

Posted by Acturca in Caucasus / Caucase, Energy / Energie.
Tags: , , ,
trackback

Agence France Presse, 12 octobre 2008

Olga Nedbaeva

La guerre en Géorgie a changé la donne pour l’Azerbaïdjan voisin, désireux de recouvrer sa province séparatiste du Karabakh et qui doit manoeuvrer entre la Russie et les Etats-Unis, tous deux attirés par ses ressources énergétiques.

Le président sortant Ilham Aliev, quasi-sûr d’être réélu mercredi, a jusqu’à présent réussi à entretenir de bonnes relations avec la Russie, les Etats-Unis et la Géorgie qui comme l’Azerbaïdjan, l’Ukraine et la Moldavie fait partie du GUAM, organisation visant à contrer l’influence de Moscou en ex-URSS.

Lors de la guerre-éclair russo-géorgienne en août et la reconnaissance par Moscou des deux territoires séparatistes de Géorgie, il n’a pas publiquement pris position contrairement à son homologue ukrainien Viktor Iouchtchenko qui s’est rangé du côté de Tbilissi.

Aidé par le flux des pétrodollars, M. Aliev, en poste depuis 2003, a pu se permettre une politique étrangère mesurée et indépendante.

« La guerre en Géorgie a montré que cette politique prudente à l’égard à la fois de la Russie et de l’Occident était la bonne », souligne Rasim Musabayov, analyste politique indépendant à Bakou.

Mais de l’avis des experts, M. Aliev a reçu ces derniers mois des avertissements, comme les bombes russes tombées en août tout près de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC), cher à Washington parce qu’il contourne la Russie.

Le sort du BTC et du futur gazoduc Nabucco, qui doit relier la région de la Caspienne à l’Europe en contournant la Russie et dont l’Azerbaïdjan sera l’un des principaux fournisseurs potentiels, était au centre de la visite en Azerbaïdjan du vice-président américain Dick Cheney le 2 septembre.

Nabucco, un projet concurrent du South Stream soutenu par la Russie, représente dans ce contexte « des risques majeurs pour les projets existants », souligne M. Musabayov qui n’exclut pas « un attentat sur le BTC » comme une possible riposte de Moscou.

La Russie concurrençait aussi l’Occident pour l’accès aux ressources énergétiques de l’Azerbaïdjan bien avant le conflit avec Tbilissi. Début juin, le géant gazier russe Gazprom a proposé d’acheter à l’Azerbaïdjan des volumes de gaz importants « aux prix du marché ».

Selon Ali Hasanov, conseiller du président azerbaïdjanais, Bakou n’est pas pressé de choisir entre la Russie et l’Occcident.

« Pour l’instant on est bien. Quand il faudra choisir, on le fera. On nous a fait des propositions, c’est à nous de réfléchir », assure-t-il.

Selon Alexeï Malachenko, spécialiste du Caucase au centre Carnegie de Moscou, Ilham Aliev « marchande bien avec Moscou ce qui renforce ses positions ».

« Sans se heurter à Moscou, en souriant, il poursuivra la politique de la construction de tuyaux qui contournent la Russie », ajoute l’expert.

Sabit Baghirov, ancien président de la compagnie pétrolière nationale de l’Azerbaïdjan Socar, est du même avis.

« L’ambassadeur russe à Bakou avait déclaré que les pays de la région devaient tirer leçon des évènements en Géorgie. Qu’a obtenu la Russie en Géorgie, à qui elle a-t-elle fait peur? », s’interroge-t-il dans un entretien à l’AFP.

« Il y a beaucoup de gens en Azerbaïdjan qui ont grandi avec la culture russe, mais la politique c’est une autre chose », ajoute-t-il.

Il estime cependant que la politique de Bakou sera plus prudente notamment vis-à-vis du Karabakh, province séparatiste azerbaïdjanaise contrôlée par l’Arménie, principale alliée de la Russie dans le Caucase.

« Le président Aliev a cessé de dire qu’il pourrait y utiliser la force », ajoute-t-il.

Ali Hasanov espère que la crise géorgienne poussera les grandes puissances à oeuvrer plus activement à la résolution du conflit du Karabakh. Plusieurs hauts responsables américains ont fait des déclarations dans ce sens.

« Jusqu’à présent, ce dossier figurait en bas de la liste de leurs priorités », déplore-t-il.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :