jump to navigation

Le «Souabe d’Anatolie» à la tête des Grünen 20 novembre 2008

Posted by Acturca in Immigration, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

Le Temps (Suisse), 20 novembre 2008

Yves Petignat , Berlin

Cem Özdemir est le premier fils d’immigrés à accéder à la présidence d’un parti.

Pour les quotidiens turcs, comme le journal populaire Hürriyet, c’est simplement un «Obama allemand» qui apporte le changement en Europe. A la devanture d’un kiosque du Kreuzberg, le petit Istanbul berlinois, un autre titre de la presse turque prétendait que «Cem Özdemir écrit l’histoire!».

Depuis qu’il a été élu samedi à la coprésidence des Verts allemands – un poste partagé avec Claudia Roth réélue -, le fils d’immigrés d’Anatolie, 42 ans, député européen, est considéré en Turquie, mais aussi auprès de beaucoup d’émigrés, comme le symbole de la percée politique de la communauté turque en Allemagne.

Mais cela n’impressionne pas beaucoup Tarkan, 30 ans, épicier et marchand de primeurs à la Sächsischestrasse, à deux pas du renommé Kurfürstendamm. «C’est bien sûr un symbole important pour l’émigration turque. Il donne de l’espoir. Mais il ne faut pas exagérer, ce n’est pas demain que les Allemands éliront un musulman à la Chancellerie. C’est surtout bien pour les Verts, car c’est le parti qui est le plus favorable à la coexistence des cultures.»

Bien sûr, un peu d’air américain flottait au congrès des Verts à Erfurt, où les partisans de Cem Özdemir arboraient un badge où le slogan du candidat démocrate Obama avait été transformé en un Yes we Cem. Et dans les interviews, le nouveau coprésident des Verts, qui s’est surnommé lui-même le «Souabe anatolien», admet bien volontiers que s’il a accepté ce poste à hauts risques «cela a un peu à voir avec mes responsabilités» vis-à-vis des ressortissants d’autres cultures. Qui auraient mal compris que ce défenseur du Multikulti, de la tolérance interculturelle, renonce devant la difficulté.

Car Cem Özdemir a bien failli envoyer tout promener. A deux reprises, la base de son district, à Gmünd, non loin de Stuttgart, lui a refusé une place éligible sur la liste pour les élections du Bundestag l’an prochain. Pas question de cumuler le poste de président du parti avec un mandat de député.

A 28 ans au Bundestag

Mais ce fils d’immigrés anatoliens, arrivés en Souabe en 1963, a appris à se blinder. A l’école primaire, raconte-t-il, toute la classe avait ri quand il avait affirmé vouloir intégrer le lycée, le Gymnasium: «Un Turc dans l’école de l’élite!» Diplômé de pédagogie, spécialisé dans le milieu éducatif social, il s’est engagé très jeune en politique. Brillant orateur, cerveau aux idées volontiers décapantes, à 23 ans, il est député au parlement régional du Bade-Wurtemberg, à 28 ans, il est le premier député d’origine turque au Bundestag. Un coup de vent frais dans les rangs des Verts.

Mais en 2002, il doit démissionner pour avoir utilisé à des fins privées des «miles» obtenus par ses voyages professionnels. Une partie des Verts lui pardonnent difficilement son style de jeune libéral peu dogmatique. Il rebondira en 2004 au Parlement européen.

On le dit «plutôt gentil». Cela ne l’a pas empêché d’avoir de sérieuses empoignades avec le quotidien Hürriyet, qu’il a accusé plus d’une fois d’inciter à la haine entre les communautés.

Ses adversaires lui reprochent des positions trop floues, de manquer de vision politique. Mais c’est d’abord une machine à idées, très pragmatique. Capable de sauter par-dessus les idéologies vertes. Il s’est récemment attiré les foudres de la base en prônant un contrat avec les fournisseurs d’énergie pour l’autorisation de construire des centrales à charbon contre une réduction globale des émissions de CO2. Il a vite fait machine arrière.

Aujourd’hui, il voudrait faire des Grünen le premier «parti de l’éducation». Il sait que c’est aussi bien la clef de l’intégration que celle de la révolution vers de nouvelles énergies. Ce Realo, proche de Daniel Cohn-Bendit et de Joschka Fischer, devra surtout assurer la cohésion d’un parti dominé par les Fundis, hostiles à l’engagement en Afghanistan et prêts à reprendre les manifestations contre les centrales nucléaires.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :