jump to navigation

Le premier ministre turc ne convainc plus 8 décembre 2008

Posted by Acturca in Economy / Economie, Turkey / Turquie, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , , , ,
trackback

Le Figaro (France), 8 décembre 2008, p. 9

Laure Marchand

« L’adhésion à l’Union européenne n’est pas une question de stratégie mais de démocratie », a mis en garde la semaine dernière l’eurodéputé Joost Lagendijk, président de la commission parlementaire mixte UE-Turquie, à Ankara. « Il est grand temps de faire preuve de courage politique, car la frustration à Bruxelles augmente », précise-t-il. Ce rappel à l’ordre au gouvernement islamo-conservateur vient s’ajouter à la longue liste de griefs qui s’accumulent contre le premier ministre turc. Après avoir été dans le collimateur de la justice et de l’armée et avoir échappé in extremis à la fermeture de sa formation (AKP, Parti de la justice et du développement) cet été, Recep Tayyip Erdogan doit désormais faire face à un nouveau front, ouvert par ses anciens alliés. Les milieux libéraux, qui l’avaient soutenu pour ses engagements proeuropéens passés, montent au créneau.

« AKP en fin de course »

Les réactions du premier ministre face aux émeutes dans les régions kurdes, ces dernières semaines, ont, semble-t-il, fait déborder la coupe. « Nous avons dit, une nation, un drapeau, une patrie et un État. Ceux qui ne sont pas d’accord devraient partir », a-t-il martelé. Cette diatribe illustre le revirement opéré depuis 2005, quand il promettait de résoudre la question kurde « par davantage de démocratie ». Le mois dernier, sa prise de position en faveur d’un « citoyen turc » qui avait tiré au fusil à pompe contre des manifestants du parti pro-kurde a également déclenché un tollé. « La patience a ses limites », avait-il lancé. Autant de signes, pour ces détracteurs, que le premier ministre aligne sa politique sur celle prônée par l’état-major.

Pour ne rien arranger, le divorce avec les médias est consommé. L’accréditation auprès du gouvernement de sept journalistes, accusés d’avoir colporté de fausses informations, a été supprimée du jour au lendemain. « Les médias concernés n’ont qu’à envoyer d’autres reporters », a-t-il rétorqué, jeudi dernier, à ceux qui lui reprochent son autoritarisme. Les allégations du puissant groupe de presse Dogan sur une éventuelle implication des membres de son entourage dans une affaire de corruption d’une association caritative musulmane en Allemagne l’avaient également mis hors de lui. Les coups de sang du charismatique chef du gouvernement sont légendaires.

« L’AKP est en fin de course », balaye d’un revers de la main Cengiz Aktar, professeur à l’université de Bahçesehir, à Istanbul. De son côté, Mehmet Altan assure qu’ « un nouveau parti compatible avec l’Union européenne doit émerger ». En juillet 2007, les troupes d’Erdogan avaient remporté 47 % des voix. Les bonnes performances de l’économie turque, canalisée par le FMI et les négociations avec l’UE, avaient largement contribué à ce plébiscite. Mais là aussi, avec la crise mondiale, les milieux d’affaires turcs, qui soutenaient le gouvernement tant qu’il suivait la feuille de route dressée par le Fonds monétaire international, retirent à leur tour leur confiance.

La Tüsiad, la puissante organisation patronale, est exaspérée : le gouvernement tergiverse et n’a toujours pas signé un nouvel accord avec l’institution monétaire alors que le dernier prêt a expiré en mai. Le chômage augmente, les fermetures d’usine aussi. « Même si l’AKP est toujours le numéro 1 en Turquie, la crise va accentuer les mécontentements », pronostique Ufuk Uras. Malgré la baisse enregistrée dans les sondages, Recep Tayyip Erdogan reste sûr de son assise populaire. Comme à son habitude, répondant à ses censeurs par la bravade, il s’est engagé à quitter la présidence de son parti, si ce dernier ne remportait pas les élections municipales, en mars 2009.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :