jump to navigation

Henri Blin en son palais ottoman à Istanbul 26 février 2009

Posted by Acturca in Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , ,
trackback

La Tribune (France), 26 février 2009

Delphine Nerbollier

Le Bosphore, le palais de Ciragan et l’extraordinaire hospitalité turque, nous avons tous les ingrédients pour impressionner notre clientèle et nous nous y attachons. » Installé dans l’un des trois restaurants de l’hôtel Ciragan Kempinski d’Istanbul qu’il dirige depuis l’été 2006, Henri Blin se présente, lui et son équipe, comme « ambassadeurs de la Turquie ». Situé les pieds dans l’eau, entre la vieille ville et le pont qui relie l’Europe à l’Asie, cet hôtel 5 étoiles accueille les plus grands de ce monde, têtes couronnées, chefs d’État et de gouvernement, stars du show-business. « C’est l’un des plus grands palaces au monde. Nous devons nous assurer de ne pas tomber dans la routine et satisfaire les besoins changeants de notre clientèle. » Originaire de Charente-Maritime, ce Français de 61 ans est à la tête du « seul palais ottoman de Turquie exploité commercialement par une société étrangère ».

« Nous avons donc une énorme responsabilité », explique-t-il.

cuisine à l’honneur

À peine arrivé à Istanbul en 2006, Henri Blin a entrepris d’importants travaux de rénovation. Au total, 5 millions de dollars ont été dépensés pour la décoration intérieure du bâtiment historique ? résidence des sultans au XIXe siècle ? et de ses dix suites. Désormais, Henri Blin souhaiterait mener d’autres rénovations, dans la partie la plus récente du Ciragan, et « introduire de nouveaux concepts culinaires pour répondre à la demande locale ». Pour ce faire, il compte notamment sur le tout nouveau chef cuisinier, Olivier Chaleil, un Français arrivé en septembre. « J’ai l’amour de la bonne cuisine et pense que l’on peut faire encore plus. » Henri Blin connaît bien le métier de cuisinier, lui qui, à 13 ans, savait déjà qu’il voulait être chef. À 18 ans, son diplôme d’école hôtelière en poche, il quitte la France et met véritablement les pieds à l’étrier à l’hôtel de Paris à Monte-Carlo. De son propre aveu, cet établissement lui ouvrira « toutes les portes », dont celles du groupe hôtelier Intercontinental où il entre comme sous-chef cuisinier. Trente ans plus tard, et de nombreux pays d’expatriation à son actif, il est vice-président régional en charge de dix hôtels. Son passage à Kempinski en 2004 est alors un nouveau défi pour cet homme de 55 ans. « Passer du plus grand à un plus petit, c’est retrouver un esprit pionnier. » Après Saint-Pétersbourg et Budapest, le voici donc sur les rives du Bosphore. « On y est encore mieux que sur la Riviera?! »

Commentaires»

1. brenda - 19 octobre 2010

congratulation for your succes and maybe see you soon


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :