jump to navigation

L’adhésion de la Turquie à l’UE divise à nouveau les partis français 14 avril 2009

Posted by Acturca in France, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , ,
trackback

Euractiv.fr

6.4.2009

Alors que Barack Obama s’est prononcé en faveur de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, les réactions ont été très vives à l’UMP, au MPF et au PS

La Turquie est de retour…sur la scène politique française. En se prononçant, dimanche 5 avril, en faveur de l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne, le président américain Barack Obama a provoqué de vives réactions dans les partis politiques français, en ces temps de campagne pour les européennes.

Dans une interview accordée à TF1, le président français Nicolas Sarkozy a immédiatement redit son opposition à l’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne, estimant qu’Ankara doit rester un «partenaire privilégié» de l’UE, sans en être «membre». «Je travaille main dans la main avec le président Obama, mais s’agissant de l’Union européenne, c’est aux membres de l’Union européenne de décider», a déclaré le président français, en duplex depuis Prague.

Réagissant aux propos des présidents français et américain, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a rappelé que l’ouverture des négociations avec la Turquie avait été « une décision prise à l’unanimité » par les Etats membres de l’UE.  

Dans l’après-midi, l’UMP et le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers s’étaient livrés à une bataille de communiqués sur la question. «Nous nous félicitons que le président de la République ait réaffirmé une nouvelle fois la position de la France clairement opposée à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne», affirmait alors le porte-parole du parti Frédéric Lefebvre. Réponse du président du MPF: «Philippe de Villiers demande à Nicolas Sarkozy d’expliquer aux Français, pourquoi alors qu’il avait promis comme candidat à l’élection présidentielle de mettre un terme aux négociations d’adhésion de la Turquie, il les a accélérées lorsqu’il présidait l’Union Européenne avec l’ouverture de 8 nouveaux chapitres de négociation.»

«Lourde responsabilité à l’égard du siècle»

Quelques heures plus tard, le socialiste Vincent Peillon jugeait «irresponsable» l’opposition de Nicolas Sarkozy à l’intégration de la Turquie dans l’UE. «Dire “a priori, je ne veux pas“, c’est prendre une très lourde responsabilité historique à l’égard du siècle qui s’ouvre et des enjeux géostratégiques qui sont ceux de demain», a-t-il expliqué lors de l’émission «Dimanche soir politique» sur France-Inter et I-Télé.

Ankara avait déjà suscité de nombreuses discussions, les 4 et 5 avril, en s’opposant à la nomination du premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen comme nouveau secrétaire général de l’OTAN

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :