jump to navigation

Destination Istanbul 7 mai 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

Le Figaro (France), 7 mai 2009, p. 30

Valérie Duponchelle

Avant même la Saison de la Turquie en France, ses artistes donnent un autre visage de la ville entre deux rives, deux religions, deux modèles.

Suivez le guide ! Il peut s’appeler Ali Kazma, jeune vidéaste musclé comme un champion de football américain. Visionnaire étonnant, il transforme le geste d’un boucher aux abattoirs casher d’Istanbul ( Slaughterhouse, 2007), l’introspection d’une danseuse blonde face au miroir ( Dance Company , 2009), le travail à la chaîne d’une couturière, fourmi d’un des mille ateliers de la mondialisation ( Jean Factory , 2008), en rites fascinants. Toute une réflexion en images, cinglante et précise comme un mécanisme d’horlogerie. Né à Istanbul en 1971, formé aux États-Unis, Ali Kazma est un jeune talent remarqué en 2002 à la Platform, le centre d’art contemporain situé dans le vivant quartier de Beyoglu (Istiklal Cad. No : 115A, platform@garanti.com.tr ).

Le guide d’Istanbul la contemporaine peut s’appeler aussi Serkan Ozkaya, Catherine Levy, Vasif Kortun, Camila Rocha ou Aydan Murtezaoglu. Autant d’artistes de la jeune scène turque qui font bouger cette ville blanche, confrontation de deux continents en 14 millions d’habitants, sous le vent frais du Bosphore. «  Ils donnent un autre visage, jeune, urbain, contemporain, engagé et même rebelle, souvent farouchement laïc, à un pays encore crucifié par la question de l’Europe » , souligne Caroline Naphegyi, la commissaire française qui a exploré pendant deux ans la ville la plus contemporaine pour nourrir avec force son exposition à Lille, « Istanbul, Traversée » (1).

Une vision extralucide

Sérieuse comme une professeur de littérature, la pensive Hale Tenger est née à Izmir, en 1960. À ce titre, elle est déjà une figure de la première génération d’artistes contemporains. Fidèle de la Biennale d’Istanbul, elle est parfois traitée de « mouton noir » pour sa vision extralucide et critique de la société turque, comme du monde international qui l’entoure. Sa vidéo Cross-Section montre, sans fards, sa tentative d’obtenir un visa dans une Europe dite sans frontières (à voir, Galeri Nev au Istiklal Caddesi Misir Appt. 5 Kat, 163/18, quartier Beyoglu).

Issue d’une société entre deux rives à l’histoire longue et si complexe, cette jeune génération a en commun un rejet certain du « néo-orientalisme » qui les transformerait tous en sujets exotiques et voilés. D’où l’ironie pleine de gaieté de la jolie brunette, Inci Eviner, au minois mutin comme une héroïne de Pulp Fiction . Elle a transformé une gravure orientaliste à l’imaginaire érotique bien occidental en un dessin animé, vidéo d’un Harem débridé et féministe qui défie avec humour tous les a priori et toutes les conventions (à voir, le site de l’artiste www.incieviner.net , ou celui de sa galerie, www.galerinevistanbul.com ).

« Une ville qui bouillonne »

Visiter Istanbul dans le sillage de ces artistes, c’est découvrir une forte vitalité et une soif de modernité, surprenante par sa franchise et sa modestie. À l’instar des quelques galeries qui les défendent et qui ressemblent, avec leur espace blanc et design, à leurs lointaines cousines d’Amérique, ces « White Cube Galleries » de Chelsea (2). « Istanbul vit en équilibre sur une plaque sismique. Les Istanbuliotes, dit la légende, ont peur de se coucher sans pouvoir se réveiller. C’est une ville qui ne dort plus, qui bouillonne. » On peut y débarquer tout droit du futur, comme la star des podiums de Londres, Hussein Chalayan, né à Chypre, et dont les parents vivent à Istanbul. Sa vidéo Place to Passage fait voyager un « Pod » à grande vitesse à travers l’Europe jusqu’au Bosphore. La nouvelle aventure d’Istanbul ?

(1) Ces artistes prometteurs de la scène turque sont exposés à Lille dans « Istanbul, Traversée » jusqu’au 12 juillet au Palais des Beaux-Arts. www.lille3000.com

(2) Avec « Miroirs d’Orient », le Palais des Beaux-Arts de Lille propose du 15 mai au 31 août un parcours d’images du Maroc à l’Iran, de 1830 à nos jours. www.pba-lille.fr – À suivre du 1 er  juillet 2009 au 31 mars 2010, « La Saison de la Turquie en France » (400 événements). www.culturesfrance.com, www.iksv.org

Carnet de voyage

Déjeuner à la terrasse d’Istanbul Modern.   Dans ce musée privé, pionnier de l’ouverture turque, l’amateur d’art contemporain sera parfois dérouté. Sauf peut-être au restaurant avec terrasse sur le Bosphore, point de ralliement des fidèles de la Biennale d’Istanbul. La rouge architecture de l’Istanbul Modern se trouve au 4 Meclis-i Mebusan Caddesi Liman Sahasý Antrepo (quartier Karaköy). Tél. : + 90 212 334 7300 www.istanbulmodern.org

Drink au 360°.  Ce bar lounge a une vue panoramique sur la ville ( www.360istanbul.com) . Il est situé dans le même bâtiment que Galerist ( info@galerist.com.tr ) et plusieurs autres galeries d’art contemporain les plus courues d’Istanbul. Istiklal Caddesi Misir Apt. 311 (quartier Beyoglu).

Déguster un café turc à l’Ara Café. C’est le meilleur moyen de rencontrer le célèbre photographe Ara Güler, considéré comme le Cartier-Bresson de la Turquie, de siroter son café turc sous ses clichés historiques de la belle ville portuaire et de ses docks, puis de visiter sa galerie à l’étage dans le même petit immeuble biscornu du vieil Istanbul. Au 8A Tosbag Sokak, Istiklal Çaddesi (quartier Galatasaray). Tél. : + 90 (0) 212 245 4104.

Déjeuner chez Hamdi. Ce restaurant de viande et de cuisine traditionnelle turque a une très belle vue sur les mosquées et le pont de Galata, proche du bazar. Le plus fameux des 783 restaurants répertoriés par les guides à Istanbul. On peut y croiser Murat Ertel, leader moustachu des BaBa Zula, musicien invité à Lille 3000 pour le « Midi-Midi Istanbul » (film Crossing the Bridge, The Sound of Istanbul de Fatih Akin), et sa femme, la jeune artiste Ceren Oykut. Au Tahmis Cad KalcIn Sok N o 17 (quartier Eminonu). Tél. : + 90 (0) 212 5 280 390. www.hamdirestorant.com.tr

Voir 70 ans de peinture turque. Le Musée Sakıp Sabancı (SSM), présente jusqu’au 30 juin, l’exposition « Voyage à l’Ouest (1860-1930) », l’occasion de découvrir Osman Hamdi Bey, Ibrahim Çallı, Feyhaman Duran et Namık İIsmail, tous nés au XIX e  siècle. Le site Internet du musée est aussi en anglais : muze.sabanciuniv.edu

Articles en lien

Architecture. Santralistanbul, rendez-vous futuriste à la centrale thermique

Photographie. Les palais de Topkapi et de l’Alhambra unis par l’objectif

Design. Quand les designers de Tsé & Tsé piochent dans le grand bazar

Commentaires»

1. Sermet Erkin - 12 juillet 2009

Monsieur, Madamme,

İKSV d’İstanbul nous a invite a Paris pour le programme de Cafeturc. Avec ce programme on devra faire : http://www.saisondelaturquie.fr/IMG/pdf/LeCafeTurc2009.pdf

1. Entre 17.07.2009 et 08.09.2009 une exhibition de Karagöz de ma collection speciale. (La premiere fois dans le monde)

2. 20-21.07 2009 un workshop d’illusion.

3. Au soire de 21 juillet, un spectacle d’illusion speciale.

4. En 22 juillet, l’artist de theatre d’ombre (Karagöz) monsieur et madamme Balakin feront un workshop des figurines de Karagöz en français.

Mais malheureusement Mademoiselle Ceren ÖZMİMAR de İKSV, m’a telephonne a 16.h (10.07.2009) et m’a dit que le programme est annule a cause de President du Comite d’organisation française. Meme on a prepare tous nos passeports etc. en donnant tous les frais.

Donc a cause de cette faute, je veux vous dire qu’avec mon equipe et moi, ne viendrons pas a Paris.

Cordialement.

Sermet Erkin

http://www.sermeterkin.com


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :