jump to navigation

La Turquie choquée par la rhétorique électorale franco-allemande 12 mai 2009

Posted by Acturca in France, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , , , ,
trackback

EurActiv.fr

12.05.2009

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a vivement rejeté l’idée de la chancelière allemande Angela Merkel d’un partenariat privilégié entre l’UE et la Turquie. Il a affirmé que son pays n’accepterait aucune alternative à une adhésion complète à l’Union européenne.

Lors du rassemblement des jeunes conservateurs le 10 mai, Angela Merkel a déclaré qu’il n’était pas logique que l’UE continue à s’étendre tout en restant incapable d’agir.

Elle a ajouté qu’elle préférait que la Turquie s’inscrive dans un partenariat privilégié avec l’UE, plutôt que dans une adhésion pleine et entière, rejoignant ainsi les propos du président Sarkozy lors du lancement de la campagne pour les élections européennes.

“Nous avons besoin d’une Europe bien organisée (…) Cela signifie que nous ne pouvons nous étendre sans frontières. Nous ne devrions pas faire de promesses vides à la Turquie « , a confié Nicolas Sarkozy à l’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag.

Sarkozy a proposé comme alternative à l’adhésion de créer un vaste espace économique commun, notant que ce concept pourrait également permettre à la Russie de resserrer ses liens avec l’UE.

La presse turque a relayé la consternation générale provoquée par les déclarations des deux dirigeants européens. « Merkel a officiellement choqué la Turquie », lit-on dans les colonnes du quotidien Milliyet.

Avant d’être élu président en mai 2007, Nicolas Sarkozy s’était régulièrement prononcé contre l’intégration européenne de la Turquie, avant d’adoucir ses propos après son élection (EurActiv.com 28/08/07). En Allemagne, l’opposition d’Angela Merkel est modérée par l’attitude plus encourageante pour la Turquie du ministre des Affaires Etrangères, Frank-Walter Steinmeier, membre de la coalition gouvernementale sociale démocrate.

La presse française a pour sa part interprété les déclarations de la chancelière allemande comme une attaque voilée contre les conservateurs britanniques. « Ceux qui refusent le Traité de Lisbonne, qui nous permettrait de mieux travailler et d’accueillir de nouveaux membres, mais qui continuent à parler d’élargissement, nous refusons de leur serrer la main », a déclaré Angela Merkel, citée par l’AFP.

L’AFP rapporte également les propos d’un proche du gouvernement français selon lequel Angela Merkel faisait réference au parti conservateur britannique mené par David Cameron. « Le ton eurosceptique adopté par les conservateurs britanniques, qui ont décidé de quitter le Parti populaire européen, de centre-droit, après les élections, inquiète Paris et Berlin », a ajouté la source française.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :