jump to navigation

La Turquie a-t-elle sa place en Europe ? 20 mai 2009

Posted by Acturca in France, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , , , , , , , , , , , ,
trackback

La Croix (France), 20-21 mai 2009, pp. 9-10

Mathieu Castagnet et Laurent de Boissieu

« La Croix » interroge les partis en lice aux élections européennes sur les grandes questions qui se posent à l’Union

Il y a au moins un sujet européen sur lequel les clivages partisans sont clairs et nets : celui de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. La gauche y est favorable, et la droite fermement opposée. C’est même une des « dix raisons » avancées par l’UMP pour convaincre les électeurs de voter en faveur de ses listes, affichant « l’engagement ferme de la majorité présidentielle et de Nicolas Sarkozy » contre l’entrée de la Turquie au sein de l’Union européenne. En lieu et place d’une adhésion, l’UMP propose « un partenariat privilégié », sachant qu’un traité d’association lie déjà, depuis 1963, Bruxelles et Ankara.

Si l’UMP a longtemps été gênée par la question turque, Jacques Chirac étant, lui, favorable à cet élargissement, c’est en revanche un cheval de bataille des souverainistes. « La Turquie est sans doute un grand pays, mais il n’a jamais appartenu à l’Europe et n’a donc pas à participer aux institutions qui régissent son destin », argumente Philippe de Villiers (MPF). « C’est un parti islamiste, même modéré, qui est au pouvoir en Turquie », s’alarme Frédéric Nihous (CPNT), son allié au sein de Libertas. Une pierre dans le jardin de l’UMP, associée au PPE avec le parti en question, l’AKP du premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Du reste, nombreux sont ceux qui accusent le président de la République de « mentir » sur le sujet. « Nicolas Sarkozy agite à Paris le chiffon rouge de la Turquie, mais à Bruxelles il a donné systématiquement son accord à la poursuite du processus de négociation », a dénoncé, hier, sur France Info, Benoît Hamon. Parlementaire européen sortant et porte-parole du PS, ce dernier explique en effet que « sous la présidence française de l’Union européenne, il a ouvert deux chapitres supplémentaires dans la négociation avec la Turquie ».

Quoi qu’il en soit, le PS est ouvertement favorable à la poursuite de cette négociation. « Ce serait une erreur de rejeter par avance la Turquie, explique Harlem Désir, tête de liste en Île-de-France. Il faut souhaiter qu’elle finisse par adhérer pleinement aux valeurs européennes. L’Europe ne se définit pas par des valeurs religieuses mais par ses valeurs universelles, qui doivent permettre le rassemblement de peuples différents. » De fait, tous les partis de gauche favorables à l’adhésion de la Turquie posent en préalable plusieurs conditions « non négociables » : démocratisation, respect des droits de l’homme et des minorités, reconnaissance du génocide arménien, etc.

« C’est à la Turquie de décider si elle est ou non prête à faire les pas nécessaires pour adhérer, résume Hélène Flautre, eurodéputée sortante des Verts. Fermer a priori la porte aurait des conséquences désastreuses en décrédibilisant les forces démocratiques qui se battent pour l’égalité entre les hommes et les femmes, la liberté d’expression et la liberté religieuse. Ceux qui le font montrent leur incapacité à penser une société européenne multiculturelle et nient la réalité d’aujourd’hui, où plusieurs dizaines de millions de musulmans vivent déjà en Europe. » Plus critique, Christian N’Guyen, du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), estime que « ceux qui insistent sur la question des droits de l’homme pour la Turquie ne doivent pas oublier que lorsqu’on balaye un escalier, il faut commencer par les marches d’en haut : il y a à l’intérieur de l’Union des pays qui ont aussi des progrès à faire, notamment sur la question du droit des femmes à l’avortement, comme l’Irlande ou Chypre ».

Enfin, le MoDem, longtemps très hostile à cet élargissement, est sur une ligne aujourd’hui plus ambiguë. Pour la Turquie, mais aussi l’Ukraine voire la Biélorussie, dans « une zone de libre-échange, une Europe du grand cercle à contenu faible ». Mais contre la Turquie au sein d’une « Europe du petit cercle à contenu fort », ayant pour « noyau dur » l’Eurogroupe et « continuant à avancer dans la voie de l’intégration » politique.

Les catholiques pratiquants restent ancrés à droite

(extrait)

Si l’UMP confirme sur ce point sa suprématie déjà éclatante lors de la dernière présidentielle, le vote des catholiques pratiquants a toutefois enregistré des mouvements sensibles depuis deux ans. Surtout à la droite de la droite. Pour les européennes, en effet, cette partie de l’électorat accorde largement plus ces faveurs à Philippe de Villiers qu’à Jean-Marie Le Pen. Tout le contraire de la présidentielle de 2007. « Les nouveaux dérapages de Le Pen semblent avoir tracé une frontière entre lui et les catholiques, souligne Jérôme Fourquet. Dans le même temps, Philippe de Villiers bénéficie d’une crédibilité supérieure parmi les pratiquants sur les questions européennes, notamment avec son combat contre l’adhésion de la Turquie. »

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :