jump to navigation

Dire oui à la Turquie sous conditions 29 mai 2009

Posted by Acturca in Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , , , ,
trackback

L’Humanité (France), 29 mai 2009, p. 15

Par Hüseyin Aydin *

Depuis maintenant plus de dix ans la Turquie s’est portée candidate à l’adhésion à l’Union européenne (UE). Depuis 2005 Bruxelles et Ankara négocient autour des critères correspondants.

Je considère, comme mon parti Die Linke, que la future intégration de la Turquie dans l’UE constitue une opportunité extraordinaire permettant d’induire dans ce pays un développement positif sur le plan social et politique. C’est la raison pour laquelle nous soutenons le processus d’adhésion.

Un soi-disant « partenariat privilégié » que souhaitent favoriser la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, Nicolas Sarkozy, constitue une sorte d’invitation aimable à rester indéfiniment dans la cour quand tout le monde discute autour de la table du salon. Elle ne constitue pas une offre sérieuse, respectueuse d’un interlocuteur à part entière. Une pleine adhésion de la Turquie avec tous ses droits et ses devoirs, voilà donc notre revendication, notre objectif.

En même temps nous nous prononçons pour le respect par la Turquie des critères d’adhésion définis à Copenhague en 1993. Et de ce point de vue il existe encore aujourd’hui des obstacles à une entrée immédiate de ce pays au sein de l’UE. Des insuffisances demeurent prégnantes en matière de démocratie et d’état de droit. L’oppression de certaines minorités et de leurs cultures, la limitation des droits des syndicats ainsi que la réponse militarisée à la problématique kurde ne sont pas compatibles avec les lois et les valeurs cultivées par l’UE. Dans tous ces domaines il faut que des améliorations tangibles deviennent visibles avant de penser à une adhésion.

Il reste que les négociations pour une entrée de la Turquie dans l’UE sont porteuses en elles-mêmes d’une amélioration de la situation des droits de l’homme et de la démocratie dans ce pays. Il ne faut pas sous-estimer cet aspect.

Car ces progrès peuvent rayonner au-delà des frontières turques jusque dans les pays voisins.

Ce qui peut conduire le pays à jouer un rôle de pont entre les Européens et le monde musulman, et donc contribuer ainsi au renforcement de la paix dans toute la région.

* Hüseyin Aydin, député (Die Linke) au Bundestag.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :