jump to navigation

Le 14 juillet, un drôle de truc pour deux Turcs 14 juillet 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , ,
trackback

Ouest-France (France), mardi 14 juillet 2009

Véronique Escolano, Nantes

Couleur café turque… Depuis sa résidence au Japon, Rasim Biyikli a composé la musique du feu d’artifice de ce soir avec un DJ stambouliote.

Rasim Biyikli rentre juste de Kyoto, où il a passé six mois en résidence à la villa Kujoyama, la villa Médicis du Japon. Décalé de sept heures et six mois, il se recale sur Nantes et se cale sur les Heures d’été, festival qui lui a commandé la musique du feu d’artifice du 14 juillet. Des images dans un ciel républicain pour ce musicien de Man plutôt coutumier de la vidéo d’artiste et des collaborations qu’on trouve du côté de la musique contemporaine, du jamais fait. « Ca a a été un challenge et j’ai du me poser la question du populaire. On a construit une partition en sept tableaux autour d’Atatürk, le père de la démocratie turque. »

L’artificier était en France et Rasim a travaillé sur la musique depuis le Japon avec Can Utkan, en Turquie. Un drôle de truc pour deux drôles de Turcs. « Moi, Rasim le Turc venu en France à 3 ans qui sait tout juste commander un kebab en turc, je me retrouve au Japon à travailler sur la musique d’un 14 juillet avec Can dit DJ Yazuka, un Turc qui a passé son enfance au Japon. » Une Fête nationale française aux couleurs de la Turquie en cette année de la saison culturelle de la Turquie en France !

Au Japon, en résidence Culturesfrance, Rasim a également fait une dizaine de concerts, bouclé deux musiques de films documentaires, a planché sur la BO de Bancs publics de Podalydès, a fini ses enregistrements piano pour Sylvain Chauveau, a travaillé avec Pierrick Sorin sur les installations du TNT à Toulouse et du festival Exit à Créteil. Et « parti pour faire un album… », il en a fait deux, un électro et un acoustique. Tout ça, à distance. « Le réseautage, c’est ce qui m’excite. On fait du troc, on s’envoie des morceaux, on collabore à distance, on croise les nationalités… À défaut d’avoir des studios, on invente une nouvelle économie de moyens ». Une mise en réseau qui porte le musicien et le transporte au plus près de Kenneth White, l’auteur qui lui a « ouvert les yeux sur l’art nomade ». Babel la vie ?

Mardi 14 juillet, « Soirée Aux heures et caetera, Nantes invite la Turquie » à partir de 18 h, quai de la Fosse. Gratuit. À 21 h 30 : concert de Gevende, révélation de la scène folk rock turque. À 23 h, feu d’artifice et création musicale de Rasim Biyikli et DJ Yakuza. À 23 h 20, concert événement de Mercan Dedé.

Mercan Dede, traditionaliste de l’électro

Le DJ turc joue aux Heures d’été, ce soir, quai de la Fosse. Avec un set mariant électro et musique traditionnelle.

L’empire ottoman, il y a plusieurs siècles. Des danseurs derviches en transe, des poètes nourris au lyrisme : l’inspiration du musicien Arkin Allen, alias Mercan Dede. Ce DJ de 44 ans est soufiste, une branche de l’islam connue pour son humanisme et son rapport à l’art. Accompagné de sept musiciens traditionnels, turcs, arméniens ou kurdes, il symbolise une Turquie ouverte et moderne : « Un point de rencontre entre l’Est et l’Ouest. Comme Istanbul ». Si l’on y ajoute une touche d’électro, cela donne le fer de lance de la scène turque moderne.

Son envie de marier la musique traditionnelle et les beats électroniques est née à Montréal, la ville où il compose car « plus calme qu’Istanbul. Je jouais des deux styles séparément et j’ai eu envie de les rassembler ». Tout simplement. Rapprocher et rassembler aussi les hommes et les cultures grâce à la musique. « La musique réunit les gens de tous horizons. Cela crée un moment où les gens se connectent, raconte l’amoureux de la métaphysique. On est tous connectés entre nous, il suffit de le découvrir ».

Inspiré par la foule, la nature et les choses « ordinaires qui ne le sont pas », le musicien est impliqué dans la lutte environnementale avec Greenpeace ou encore en politique. Fervent défenseur de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, Arkin Allen espère que la saison de la Turquie en France fasse évoluer le dossier. « Ce serait une chance incroyable. La Turquie dans l’Europe serait le moyen de démocratiser tout le Moyen-Orient ». Et de rapprocher les gens.

Ce mardi 14 juillet, à 23 h 20, quai de la Fosse. Gratuit.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :