jump to navigation

Retour en grâce de la Turquie 6 août 2009

Posted by Acturca in Economy / Economie, Turkey / Turquie, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , ,
trackback

La Tribune (France), 6 août 2009, p. 12

Marjorie Bertouille

Stabilisation de la devise, envolée des actions et obligations. La Turquie a profité du plus grand appétit pour le risque.

Marchés émergents

Depuis le début du mois de juillet, la Suède n’est pas la seule à se montrer bienveillante à son égard. Si la Turquie a trouvé en la présidence suédoise un allié de poids dans son projet d’adhésion à l’Union européenne, elle est également mieux perçue par les investisseurs. « Le facteur politique n’explique pas tout, bien sûr, mais disons que, sur ce point difficile, les feux ne sont plus rouges, même s’ils ne sont pas au vert partout. Et c’est un aspect très important aux yeux des acteurs financiers », commente Laurent Boudoin, directeur général de Stelphia Asset Management.

Folle envolée

Ce contexte aura en tout cas aidé une plus grande stabilisation de la devise turque, du moins face à l’euro. Ce qui constitue un bon point pour cette monnaie réputée volatile. Sur l’année, la livre turque a ainsi gagné 2 % face à la monnaie unique, tandis que contre dollar, parité plus surveillée par les cambistes, elle s’est appréciée de 4,5 % sur le seul mois de juillet. Et ce, en dépit du violent trou d’air qu’a traversé cette économie après l’effondrement du PIB de 13 % entre mars et juin. « Cette stabilisation de la livre a permis à la banque centrale de baisser ses taux directeurs sans trop se poser de questions », poursuit un gérant. Tout cela alimente la folle envolée du marché obligataire. Sur ce dernier, les rendements, en raison des anticipations de baisse de taux, ont touché des records à la baisse, en passant mardi sous les 10 %. « Le mouvement est littéralement spectaculaire, poursuit un gérant, depuis la fin de l’année dernière, nous avons gagné environ 600 points de base sur le 5 ans. » Sans compter qu’il pourrait se poursuivre. Les analystes en sont convaincus : le reflux de l’inflation (celle-ci a chuté de 12 à 4,5 % en un an) devrait encore donner à la banque centrale suffisamment de marge de manœuvre pour poursuivre sa politique de détente monétaire. Selon JP Morgan, Morgan Stanley et Goldman Sachs, les taux, actuellement à 8,5 %, devraient être ramenés à 7,75 %, le 18 août prochain, lors du prochain comité de politique monétaire, avant de toucher à un point bas à 7 %. « En Turquie aussi l’idée que le pire est derrière nous émerge, avec l’impression que la croissance pourrait être de retour en 2010 », ajoute Laurent Boudoin. Moyennant quoi, les actions turques n’ont pas été oubliées. Depuis le 20 juillet, l’indice ISE 100 s’est adjugé 15,4 %. Sur l’année, il se hisse, avec un gain de 66 %, au rang des dix meilleures performances mondiales.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :