jump to navigation

Istanbul la musique en boucle 29 septembre 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

Mondomix (France), Sept/Oct 2009, n°36, pp. 38-39

Patrick Labesse

La saison de la Turquie en France amène jusqu’à nous l’éclectique palette musicale du pays et de sa capitale culturelle, Istanbul.

« Je souhaite une très grande réussite à cet événement, à la mesure de l’amitié entre la France et la Turquie ». Dans les salons du Ministère de la Culture et de la Communication, à Paris, le mardi 30 juin, le nouveau locataire des lieux, Frédéric Mitterrand, en présence de son homologue turc Ertugrul Günay, lance la Saison de la Turquie en France. Il s’en est fallu de peu que le grand projet initié par les Présidents Chirac et Sezer (chef de l’Etat turc jusqu’en 2007), ne retombe comme un soufflet. En Turquie, l’opposition de Sarkozy à l’entrée du pays dans l’Europe rend grognon. A deux semaines du lancement officiel, le Premier Ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, menaçait de tout annuler. Dans la rue, autour d’un verre de raki, il n’est pas rare d’entendre des propos peu amènes vis-à-vis de Sarkozy et de la France, quand l’Amérique de Barack Obama se voit, au contraire, valorisée. Lors de sa récente visite, le Président des Etats-Unis a réaffirmé que la Turquie avait, à ses yeux, naturellement sa place dans l’Union Européenne. Manifestation vouée à célébrer « la créativité et le dynamisme de la Turquie dans tous les domaines », éclatée en 400 événements à travers la France jusqu’en mars 2010, la saison s’est finalement officiellement ouverte le 4 juillet au Trocadéro, à Paris, par un concert de Mercan Dede. S’il vit entre Montréal et Istanbul, ce DJ, joueur de flûte ney et compositeur à l’imagination musicale très fertile illustre complètement l’incroyable vitalité de la scène turque, l’effervescence d’Istanbul, mise en images par le réalisateur allemand d’origine turque Fatih Akin dans son film Crossing The Bridge, en 2005.

Pozitif attitude

A l’instar de Mercan Dede, Burhan Öçal, Okay Temiz, le groupe Baba Zula (l’un des fers de lance de la nouvelle scène stambouliote) et nombre d’artistes participant à la Saison de la Turquie en France, affirment une volonté claire d’ouverture et d’éclectisme. Une attitude relayée par Pozitif, structure commerciale cumulant plusieurs activités dans le secteur musical, qui a largement participé à révéler la pépinière musicale de la capitale européenne de la culture en 2010, paradis du fêtard amateur de musiques.

Depuis la fin des années 1980, Pozitif a organisé une foule de concerts et festivals, a créé en 1997 un label discographique, Doublemoon, avec des signatures au talent sûr (Mercan Dede, Baba Zula, Burhan Öçal, Taksim Trio…), ouvert une salle de concerts, le Babylon, et un restaurant-bar branché. Bien exposé et visible à l’extérieur de la Turquie, présent sur tous les marchés et salons d’importance (Midem, Womex, Babel Med Music…), Pozitif n’est pas seul à compter dans le monde discographique en Turquie. Il faut également citer, entre autres, Kalan Müzik, qui possède un catalogue immense. Cet éditeur discographique a commencé par enregistrer des artistes dont on oubliait le nom, en rééditant des 78t. Puis il s’est tourné vers les minorités ethniques de la Turquie, les musiques des traditions juives, arméniennes, assyriaques, kurdes… Ils ont défendu le concept de musiques traditionnelles contre celui, plus dévalorisé, de musiques populaires, avant de soutenir la création contemporaine autour de ces esthétiques patrimoniales.

Diversités culturelles

A Istanbul, il y a toujours un prétexte pour oublier d’aller dormir. La vie nocturne y est intense et très organisée. Du jazz à la techno, en passant par les musiques régionales ou celles des différentes communautés, chacun des 13 millions d’habitants, peut trouver la musique qu’il veut écouter Il y a quinze-vingt ans, toutes ces musiques vivaient presque dans la clandestinité, dans des petits bars, où ceux qui venaient d’un même village se retrouvaient. Aujourd’hui, elles sont à la portée de tout le monde.
 
Le 6 mai, le Babylon était plein comme un oeuf. On y fêtait les 20 ans de Pozitif. Sur scène, pendant plusieurs heures d’affilée, entre jazz, rock, funk, électro, hip-hop et musique traditionnelle, c’est tout le bouillonnement musical d’Istanbul qui s’exprimait. La veille, de l’autre côté du Bosphore, des milliers de personnes ont fêté Hidrellez, fête traditionnelle célébrant « le premier jour de l’été précoce ». Après avoir accroché sur l’arbre à voeux son espoir secret, griffonné sur un papier, on a beaucoup dansé au son des fanfares tziganes en buvant de la bière. La fête se passait dans un parc prêté par la mairie, tenue par l’AKP, le parti au pouvoir, issu de la mouvance islamiste. Un message clair à l’adresse de ceux qui s’égarent dans les amalgames, les idées préconçues et crient au péril islamiste pour empêcher la Turquie de rejoindre la grande famille européenne.

Commentaires»

1. Vive la Turquie ! « ACTURCA - 5 octobre 2009

[…] Istanbul la musique en boucle […]


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :