jump to navigation

Un nouvel atout pour Ankara dans sa candidature l’Europe 11 octobre 2009

Posted by Acturca in Caucasus / Caucase, Energy / Energie, Turkey / Turquie, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , ,
trackback

ATS – Agence Télégraphique Suisse

11 octobre 2009

En se réconciliant avec l’Arménie samedi à Zurich, la Turquie a sorti un nouvel atout dans la partie difficile qui, espère-t-elle, aboutira à son adhésion à l’Union Européenne (UE). Bruxelles a vivement salué ce rapprochement.

« La Commission considère qu’il s’agit d’un pas courageux (…) vers la paix et la stabilité dans la région du sud du Caucase, et d’une décision vraiment historique montrant que les deux parties sont prêtes au compromis », a indiqué la Commission européenne après la signature d’accords visant à normaliser les relations entre Ankara et Erevan.

Et quelques heures avant la signature, le chef de la diplomatie de l’UE Javier Solana, présent sur les bords de la Limmatt, a été plus explicite. Ces accords, qui prévoient de rouvrir la frontière et d’établir des relations diplomatiques, seront « également importants pour les pays impliqués, dans leurs relations avec nous », a-t-il déclaré, rappelant la candidature de la Turquie à l’UE.

Erevan et Ankara vivent dans l’hostilité depuis près de cent ans, sur la question du génocide arménien, reconnu par l’ONU et de nombreux pays, mais que la Turquie conteste.

Interlocuteur « incontestable »

« En signant ces accords avec l’Arménie, les Turcs retirent un argument de poids aux opposants à une adhésion turque à l’Europe. La Turquie devient un interlocuteur de plus en plus incontestable », estime l’analyste turc Mehmet Ali Birand.

Les négociations en vue d’une adhésion turque ont commencé en 2005 mais elles piétinent, notamment sur la question de Chypre, et deux poids lourds de l’UE, l’Allemagne et la France, sont fermement opposés à l’entrée de la Turquie, un pays de 71 millions d’habitants, presque exclusivement musulmans.

Nabucco

Cette avancée historique avec l’Arménie survient trois mois après la signature à Ankara du projet Nabucco, analysé à son heure comme un argument économique de poids d’Ankara dans sa candidature à l’Europe. Le pipeline transportera en effet du gaz d’Asie en Europe via la Turquie, réduisant la dépendance européenne vis-à-vis de la Russie.

Dans son rapport annuel sur la Turquie, dont le « Financial Times Deutschland » vient de publier des extraits, la Commission européenne cite d’ailleurs le projet Nabucco au chapitre des « bons points » attribués à Ankara. Et la présidence de l’UE n’avait pas manqué de souligner « l’intérêt stratégique commun » de l’Europe et de la Turquie, au moment de la signature de Nabucco.

« L’Europe reproche à la Turquie de ne pas aller assez vite dans ses réformes intérieures, mais les Turcs avancent dans d’autres domaines. Il y a Nabucco, l’Arménie, les réformes en faveur des Kurdes, le rôle que joue la Turquie entre l’Iran et l’Occident. Tout cela pour dire aux Européens: Nous sommes pour la paix dans la région, nous sommes des interlocuteurs incontournables », explique M. Birand.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :