jump to navigation

Trois palais à l’heure turque 30 octobre 2009

Posted by Acturca in Art-Culture, France, History / Histoire, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , , , ,
trackback

Le Figaro (France), 30 octobre 2009, p. 28

Eric Bietry-Rivierre

Le Louvre, le Grand Palais et, bientôt, le château d’Écouen plongent dans la riche histoire de cet Orient très européen.

Ayant revêtu une armure offerte par Soliman, François I er aurait dit : « Me voici désormais fort comme un Turc »  ; le commentaire donnant naissance à l’expression. Fort : le programme de la saison de la Turquie en France l’est aussi. Avec quatre cents manifestations labellisées depuis juillet dernier et jusqu’en mars prochain.

En point d’orgue, le Louvre et le Grand Palais présentent actuellement leurs expositions dédiées, en attendant celle du Musée national de la Renaissance au château d’Écouen qui portera sur les rapports qu’entretinrent François I er et Soliman le Magnifique (1). Le très chrétien Valois avait en effet noué contre son adversaire Habsbourg, une surprenante alliance de revers avec le commandeur des croyants.

Tout d’abord, le Louvre présente les caftans du Grand Turc conservés au palais de Topkapi – et plus généralement les vêtements, accessoires et ornements réalisés pour les membres de la dynastie ottomane entre la fin du XV e et le début du XIX e  siècle (2). Il retrace également le passé antique de la ville d’Izmir, connue sous le nom de Smyrne, avec des céramiques, des bas-reliefs, des figurines en terre cuite et surtout des statues dont certaines décoraient les jardins de Louis XIV à Versailles (3). Enfin, le musée remonte encore plus loin le temps en évoquant les richesses des tombes princières du site d’Alaca Höyük en Anatolie (4). Des objets d’or, d’argent et de cuivre du III e  millénaire qui, outre leur intérêt plastique, témoignent de l’intensité des échanges commerciaux avec la Mésopotamie, le Levant et le monde égéen dès cette époque.

Une synthèse de cultures successives

Au Grand Palais, toutes les grandes périodes historiques sont réunies. Sur deux niveaux, l’histoire de l’actuelle Istanbul est contée en cinq cents objets issus des collections publiques turques, françaises et internationales. Cela depuis les origines néolithiques et la fondation de Byzance par des colons grecs, jusqu’à la métropole contemporaine, en passant par Constantinople, centre de l’Empire romain d’Orient devenu, après 1453 et sa chute sous les coups de Mehmed II, la capitale d’un empire ottoman étendu sur trois continents.

Cette profusion de sarcophages, évangéliaires, camées, ivoires, attaches de turbans, caftans et images orientalistes (inégales) peut, à force, donner le tournis du derviche. Elle propose en tout cas une synthèse de cultures successives, toutes plus riches les unes que les autres. Elle témoigne également de la fascination exercée par la Sublime Porte sur les Occidentaux.

Dans la première section, grecque, romaine et byzantine, la muséographie à base de copies de vieilles pierres et de miroirs noirs n’est pas des plus avenantes. Toutefois, elle ménage des belles surprises (le reliquaire du bras droit de saint Jean-Baptiste, par exemple). Monté l’escalier, on passe d’une ambiance de basilique à un spectaculaire dôme vidéo reproduisant l’ornementation des vingt-deux plus belles coupoles de la ville. Plus loin c’est une tente royale ottomane qui est reconstituée. La dernière section est consacrée aux découvertes archéologiques les plus récentes. Elle déçoit. Le contenu de l’un des trente-trois bateaux en bois (dont certains remontent au Néolithique) mis au jour sous le Bosphore, à l’occasion du creusement d’une ligne de métro, est intégralement disposé dans des petites cases d’esprit art contemporain minimaliste. Soit, essentiellement, cinq mille débris d’amphores. Ouf !

(1) À Écouen du 18 novembre au 15 février. Tél. : 01 34 38 38 50, www.musee-renaissance.fr . Au Louvre jusqu’au 18 janvier. Tél. : 01 40 20 53 17. http://www.louvre.fr/ ;

(2) Entresol de l’aile Richelieu, cat. Musée/Cinq Continents, 160 p, 35 eur ;

(3) Aile Sully, Salle de la maquette et fossés médiévaux, cat. Musée/Somogy 232 p., 35 eur; (4) Aile Richelieu, salle 3bis d’actualité du département des Antiquités orientales. (5) Au Grand Palais jusqu’au 25 janvier. http://www.rmn.fr

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :