jump to navigation

Serap Atan : « L’objectif du gouvernement turc est une croissance économique à deux chiffres » 8 avril 2010

Posted by Acturca in Economy / Economie, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

BFM (France), 8 avril 2010

Fabrice Lundy, La rédaction, Le Grand Journal

La représentante en France du patronat turc revient sur ce qui a permis à son pays de traverser la crise et sur ses atouts pour l’avenir.

Fabrice Lundy : l’économie turque est la 17 au niveau, avec en 2009 une croissance de 6%, alors que l’année avait mal commencé avec une chute de 15% au premier trimestre du PIB. Ca veut dire que le pays a bien traversé la crise?

Serap Atan: on peut dire ça. Evidemment on a eu une contraction importante de l’économie, mais quand on regarde les chiffres de fin 2009 et début 2010, on a quand même obtenu un niveau de croissance important. Les agences de notation nous ont accordé une note positive à plusieurs reprises et les estimations de croissance pour les années à venir sont très optimistes.

F. L.: Oui, je regardais d’ailleurs une déclaration du ministre des Finances turc, M. Simsek, qui table sur une croissance à deuxchiffres qui placerait la Turquie au niveau de la Chine, parmi les puissances émergentes les plus dynamiques.

S. A.: C’est l’objectif du gouvernement. Déjà les chiffres des organisations internationales comme le FMI, l’OCDE et ceux de la Banque mondiale indiquent que notre croissance atteint 4 à 5%, donc c’est très important, et ce jusqu’en 2017.

F. L.: Qu’est-ce qui a fait que la Turquie a bien traversé la crise, sans avoir recours à un prêt quelconque, notamment du FMIpar exemple?

S. A.:  Le secteur financier était très stable, c’était notre avantage. Et en même temps, le gouvernement a agi avec un programme à moyen terme qui a donné de la visibilité et de la confiance à l’économie. Au bout d’un certain moment la reprise économique a commencé par l’activité industrielle et les exportations. Donc les investissements ont suivi, parce qu’on a eu confiance dans le marché turc. Et ces investissements sont très importants pour notre économie bien sûr.

F. L.: Il y a une forte attractivité pour les investisseurs étrangers. On le rappelle quand même, la Turquie c’est 72millions d’habitants. Cela constitue donc évidemment un certain réservoir de croissance…

S. A.: Oui, très important du fait de la population, de la jeunesse de la population. C’est un potentiel très important et l’endettement des ménages est en fait très faible, donc ça veut dire que l’on a le potentiel de consommer. Donc pour les investisseurs c’est très intéressant.

La Turquie, de par sa position géostratégique, devient un centre d’investissement, pour plusieurs entreprises internationales afin de gérer leurs affaires dans la région.

Serap Atan répond aux questions de Fabrice Lundy dans « Le Grand Journal » de BFM Radio du 7 avril 2010

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :