jump to navigation

Géopolitique de l’Eurovision 5 juin 2010

Posted by Acturca in Art-Culture, South East Europe / Europe du Sud-Est.
Tags: ,
trackback

Marianne (France), 5 juin 2010, p. 74

Joseph Macé-Scaron

Faudra-t-il bientôt demander à Alexandre Adler de siéger aux côtés de Stéphane Bern pour analyser l’an prochain les résultats du concours Eurovision de la chanson ? Cette compétition qui fut musicale dans un lointain passé est, en effet, en train de devenir un élément de politique internationale, un signe éclatant des affinités électives entre les peuples, de l’Atlantique au Caucase. Rien de nouveau sous les projecteurs, objectera-t-on. La Grèce votera toujours pour Chypre, et inversement. Cette réciprocité se retrouve avec les pays de l’Est et dans une moindre mesure avec les nations scandinaves.

Reste que le mode de scrutin, qui permet aux citoyens de corriger par SMS le vote des jurys professionnels, a considérablement amplifié le phénomène. Le cru 2010 de ce concours, avec la victoire écrasante de la candidate de l’Allemagne (combien de divisions de panzers ?), montre que l’on se situe, aujourd’hui, sur un tout autre terrain de  » jeu « .

Commentateur depuis 1994 pour la Belgique, Jean-Paul Hautier, qui vient de publier la Folie de l’Eurovision, a souligné récemment dans la presse combien ce concours est révélateur de l’état de l’Europe. Et il n’est pas le seul ! Très sérieusement, les économistes Farid Toubal et Gabriel Felbermayr, l’un professeur d’université à Tübingen et l’autre à Angers, ont remis une étude sur ce sujet brûlant. La raison de ce soudain engouement pour la musique formatée et sirupeuse ?  » Le potentiel de commerce dû à la proximité culturelle.  » Bien sûr, certains scores sont liés à des événements politiques. C’est le cas du résultat médiocre de la Grande-Bretagne en 2003, lors de son entrée dans le conflit irakien. Depuis, l’opinion publique européenne  » boude  » les représentants, fussent-ils de talent, du pays de  » Tory Blair « . Cette année, l’Angleterre arrive bonne dernière.

En revanche, l’Allemagne marque, une nouvelle fois, son aire d’influence. Les pays scandinaves et baltes ont voté massivement pour elle ainsi que la majorité des pays des Balkans, Slovénie en tête. Si l’on ajoute à cela que la minorité turque en Allemagne s’est mobilisée pour la Turquie, ce qui a eu pour résultat de voir les Turcs et les Azéris voter à leur tour pour Berlin, on appréhende mieux le poids de l’Allemagne dans cette Europe des vingt-cinq et au-delà… On ne sait pas si le couple franco-allemand est le moteur de l’Europe, mais les opinions savent, elles, lequel des deux partenaires porte la culotte.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :