jump to navigation

La France et la Turquie irréconciliables sur l’Europe 28 février 2011

Posted by Acturca in France, Turkey / Turquie, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , ,
trackback

Le Monde (France) lundi, 28 février 2011, p. 6

Arnaud Leparmentier, Ankara Envoyé spécial

Rien n’y fait. Les Français ont beau dire qu’ils sont « d’accord sur leurs désaccords » avec les Turcs, ces derniers ne sont toujours pas d’accord. Et le font savoir. Au cours d’une conférence de presse commune à Ankara, vendredi 25 février, le président Abdullah Gül n’a pas manqué de dire au président Sarkozy que la France manquait à sa parole, puisqu’elle avait approuvé l’ouverture de négociations d’adhésion de ce pays à l’UE sous Jacques Chirac. « Pacta sunt servanda », a asséné M. Gül : « L’Union européenne nous a fait des promesses, nous attendons qu’elles soient tenues. »

Nicolas Sarkozy, lui, maintient son refus d’une adhésion turque : « Nous avons un point de désaccord bien connu dont nous avons parlé en hommes d’Etat en tentant de comprendre les lignes rouges des uns et des autres », a-t-il assuré, lui qui veut « trouver des voies d’avenir qui ne conduisent ni à une déstabilisation de l’Union européenne ni à décourager la société turque sur la voie de sa modernisation ».

Deuxième sujet, le manque de vision dont aurait fait preuve M. Sarkozy en n’investissant pas sur la Turquie, aujourd’hui citée en modèle par la rue arabe. Une journaliste turque lui pose la question. Le chef d’Etat français vante, un brin jaloux, auprès de M. Gül les journalistes inconditionnels de leur pays. Mais en profite pour enterrer l’Union pour la Méditerranée (UPM) ancienne manière, lancée en grande pompe à Paris en juillet 2008 avec les régimes autoritaires du bassin méditerranéen. « Il est temps de repenser l’idée que j’avais pour l’Union pour la Méditerranée », concède-t-il. « L’intuition reste la même, mais on ne peut pas la construire de la même façon avec la rue arabe qui manifeste pour la démocratie alors que depuis la guerre nous avions des régimes autoritaires », affirme le chef de l’Etat. Des régimes avec lesquels « nous avions des relations parce qu’ils étaient laïques et qu’il n’y avait pas d’alternative ». M. Sarkozy annonce qu’il demandera la convocation d’un Conseil européen sur l’avenir de l’UPM et les relations entre l’Europe et le Moyen-Orient.

Dans ce contexte, mieux vaut se concentrer sur le G20 et diffuser un communiqué commun. Ce forum, qui rassemble les principales économies de la planète, justement, doit permettre de montrer que la Turquie, « pont entre l’Orient et l’Occident », selon M. Sarkozy, est une puissance qui compte. Ainsi propose-t-il d’organiser au printemps un séminaire sur la volatilité des matières premières et agricoles en Turquie, comparable à la réunion sur les changes que M. Sarkozy compte inaugurer à Shenzen, en Chine, fin mars.

Mais pour les effusions, il faudra attendre. Nicolas Sarkozy n’est venu que cinq heures en Turquie. « Nous aimerions aussi le recevoir en visite d’Etat », a souhaité M. Gül. Tout sourire, M. Sarkozy s’est dit « d’accord, même enthousiaste, surtout si elle devait nous conduire à Istanbul ». « Si nous pouvions organiser cette visite d’Etat dans le courant de l’année 2011 ce serait pour moi un honneur. » Mais son agenda international est surchargé jusqu’au sommet du G20 en novembre. Après, viendra la campagne pour la présidentielle de 2012.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :