jump to navigation

Hosgeldiniz Yigit Bener ! 17 mai 2011

Posted by Acturca in Art-Culture, Books / Livres, Turkey / Turquie.
Tags: , ,
trackback

Lyon Plus (France), Pages spéciales, mardi 17 mai 2011, p. Pages spéciales26

Sandrine Mangenot

« Autres cauchemars », recueil de l’auteur turc Yigit Bener, regroupe seize nouvelles qui toutes explorent les relations compliquées des êtres humains avec le monde des petites bêtes et particulièrement des insectes. Peur, dégoût, répulsion, voilà les sentiments qu’inspirent couramment ces bestioles. Il est rarement question de sympathie. Mais à travers les anecdotes, les souvenirs relatés, il faut souvent lire entre les lignes et être attentif aux allusions à l’histoire de la Turquie : la présence des animaux permet d’évoquer de façon détournée les épisodes douloureux du passé, ainsi ces histoires de tortue ou de sauterelles dénoncent l’intolérance, le racisme ou bien la brutalité du régime militaire. Plus largement, ces nouvelles éclairent la part d’ombre des comportements humains et cela est universel, quelquefois sur un ton léger comme dans « Piqué au vif », souvent plus grave quand elles révèlent la cruauté dont les hommes sont capables. On pourrait craindre que ces textes soient répétitifs mais en faisant entendre la voix de narrateurs différents, en changeant de ton, en abordant des sujets variés – la séduction, la cuisine ou l’écologie-, Yigit Bener se renouvelle et relance toujours l’intérêt du lecteur.

« Autres cauchemars » de Y. Bener, trad. du turc par Célin Vuraler, éd. Actes Sud, 174 p., 16 euros.

Yigit Bener est un auteur turc né à Bruxelles en 1958. Jusqu’à l’âge de cinq ans, il a vécu à Ankara puis entre la France et la Turquie. Après le coup d’Etat de septembre 1980, il passe huit années d’exil à Bruxelles et deux à Paris. Depuis 1990, il vit à nouveau en Turquie. Grâce à sa maîtrise des langues, il est devenu interprète et traducteur. Depuis plus de vingt ans, il est l’interprète de présidents, d’ambassadeurs et de chefs d’entreprise. Il est même devenu président de l’association des interprètes en Turquie et conseiller régional de l’Association internationale des interprètes de conférence. En 2002, Yigit Bener a reçu un prix pour sa traduction en turc du roman de Céline « Voyage au bout de la nuit ». Il a également traduit Coltès ou Michaux. En plus d’enseigner ce métier aux universités de Bilkent et de Bogaziçi, son amour des mots et de la littérature l’a naturellement conduit à l’écriture : chroniqueur pour la revue satirique et littéraire « Iktidarsiz » dont il est co-fondateur, il a également publié trois romans et des nouvelles. Mais seules ses nouvelles, « Autres cauchemars », sont traduites en français, aux éditions Actes Sud.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :