jump to navigation

La recette de l’AKP Conservatisme et modernité 21 juin 2011

Posted by Acturca in Turkey / Turquie.
Tags: , , , ,
trackback

l’Humanité (France) mardi 21 juin 2011

Hassane Zerrouky, Istanbul (Turquie), envoyé spécial

Le retour du fait religieux couplé aux tentations autoritaires du premier ministre Tayyip Erdogan et de son Parti de la justice et du développement (AKP) inquiètent en Turquie. Par ailleurs, le pouvoir fait un atout diplomatique de l’exceptionnelle croissance économique du pays, qui le classe au 17e rang mondial.

Dans cette rue animée de Beyoglu, quartier de couches moyennes d’Istanbul bordant la Corne d’or, c’est une déception chez ces jeunes militants du CHP (Parti républicain du peuple, laïc de centre gauche), arborant des tee-shirts aux couleurs de leur parti. Ce dernier n’a pas franchi la barre des 30 % aux élections législatives du 12 juin. Le score réalisé par le Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) les a quelque peu assommés : 49,9 %. Le parti du premier ministre Tayyip Erdogan, qui a remporté 326 sièges, dont 46 femmes non voilées, sur les 550 en lice, n’est présent ici que par ces affiches géantes déployées le long des façades de certains immeubles ou par ces minibus à ses couleurs, sillonnant les artères d’Istanbul munis de puissantes sonos appelant les Stambouliotes à voter pour les candidats de l’AKP. Il faut en effet s’enfoncer dans Fatih, municipalité la plus peuplée, les quartiers populaires d’Edirnekapi, Balat, Fener, sur l’autre côté de la Corne d’or, pour voir à l’oeuvre les militants de l’AKP et, surtout, les réseaux socioreligieux comme ceux de Fethullah Gülen qui démarchent au profit des candidats du parti d’Erdogan.

À Istanbul même, qui reste avec Izmir, Antalya, le fief des élites modernistes, laïques et républicaines, et des divers mouvements de la gauche turque, l’AKP (46 sièges) devance nettement le CHP (29 sièges). Et puis la percée du BDP pro-Kurdes (Parti pour la paix et la démocratie) dans la capitale économique turque, ce sont autant de suffrages en moins pour le CHP, estiment certains de ses militants. En effet, plus de 351 000 voix se sont portées sur les trois candidats élus du BDP ! « Eux, ce qui les intéresse, c’est l’autonomie du Kurdistan. Et pour ça, ils sont prêts à s’entendre avec l’AKP. La menace islamiste est secondaire pour eux », déplore Mehmet. Pourtant, ce n’est pas l’avis de Sabahat Tuncell, la députée du BDP pour Istanbul (voir l’Humanité de mardi 14 juin). Le combat pour les droits des femmes est au coeur de son projet : « La parité hommes-femmes au BDP doit se retrouver au niveau de la société, au Kurdistan comme dans le reste du pays », affirme-t-elle.

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP, en novembre 2002, l’islamisation de la société turque est présente dans bien des esprits. « Le port du voile a augmenté de 30 % en dix ans », assure Emrek, militant de gauche. Il est plus visible qu’en 2002 et fait une entrée progressive à l’université, où il était interdit. « Les banlieues d’Istanbul se sont islamisées et cernent l’Istanbul laïque et moderniste », affirme la journaliste et romancière Mine Kirikkanat (voir entretien ci-contre). Pourfendeur de ce qu’il nomme « la théocratie kémaliste », à savoir la laïcité, le journaliste et écrivain Abdurahmane Dilipak, dénonce cette époque où « on obligeait le Turc à porter le chapeau et la cravate pour faire soi-disant civilisé. C’est pour cela que je ne porte jamais de cravate », raille-t-il. « Nous refusons que l’on enferme l’islam dans les mosquées », ajoute-t-il. « C’est un radical qui, pour l’heure, est minoritaire, mais ne le sous-estimons pas, car il est écouté par de nombreuses franges de la société en perte de repères rationnels », dit Mustapha, militant de gauche, à propos d’Erdogan.

Contrairement à la campagne électorale de 2007, l’adhésion à l’UE, la question du foulard, l’islam, voire « l’agenda caché » de l’AKP ne figuraient pas au menu de celle-ci. Le CHP, proche de l’aile dure de l’armée, gardienne des dogmes kémalistes, a fait sa mue depuis la démission de son leader, Deniz Baykal, filmé à son insu en plein ébats amoureux avec une députée de son parti. Son successeur, Kemal Kiliçdaroglu, a recentré la stratégie du parti sur le social – le chômage, le creusement des inégalités sociales, la corruption -, les atteintes aux libertés et les dérives autoritaires du pouvoir de l’AKP. Et pris ses distances avec les militaires. « Cibler l’islam, comme on le faisait avant, a été mal perçu, y compris par nos électeurs. Il faut rester ferme sur la laïcité de l’État, c’est un acquis, mais sans l’opposer à la religion, comme on le faisait. L’AKP dit qu’il ne remettra pas en cause la laïcité, eh bien, il faut le prendre au mot. C’est sur ce terrain qu’il faut l’acculer », explique Ali, cadre du parti.

« Croyez-moi, Sarajevo a remporté aujourd’hui une victoire, autant qu’Istanbul, mais aussi Beyrouth, Izmir, Damas, Ramallah, Naplouse, Jénine, en Cisjordanie, et Jérusalem. » Tayyip Erdogan, au soir des législatives, le 12 juin.

En fait, dans cette ville où le voile côtoie la jupe, le laïc le religieux, où l’on débat beaucoup, rien n’est tout à fait noir, ni blanc. Istanbul, comme une partie de la Turquie, est une ville tout en nuances, qui reste, en dépit des inquiétudes manifestées par certains courants laïcs, résolument dynamique et ouverte sur le monde extérieur.

À Konya, deux millions d’habitants, dans l’Anatolie centrale, où vécut au XIIIe siècle le poète et philosophe mystique persan Djalâl al-Dîn Rûmî, fondateur de la confrérie soufie des « mevlevis » ou derviches tourneurs, l’AKP est chez lui. Le très beau mausolée construit au XVIe siècle, qui abrite sa tombe, est un lieu de pèlerinage. On y vient de toute la Turquie, mais aussi de Syrie et d’Iran. Dans cette ancienne capitale des Seldjoukides, d’où les Ottomans sont partis à la conquête de Constantinople, les entorses à la laïcité ne font pas débat, comme à Istanbul ou Ankara. Ici, le parti d’Erdogan a raflé 11 sièges sur les 14 en lice. Son rival, le CHP, n’a eu qu’un seul élu.

Konya, dit-on en Turquie, est « la vitrine de l’islam politique turc ». C’est le siège du holding Kombassan, et de ses 40 000 petits actionnaires, qui s’active dans la grande distribution, l’agroalimentaire, le bâtiment y compris hors de Turquie et, depuis quelques années, dans l’industrie militaire. Dans cette ville « sainte », très commerçante, en plein essor économique, les débits de boissons alcoolisées se comptent sur les doigts d’une main et sont interdits aux femmes. « Au nom de la morale, le maire AKP, Tahir Akyürek, réélu en mars 2009 pour un second mandat, a expulsé les prostituées originaires d’Ukraine et de Russie », explique Zeynep, cadre bancaire. « De toute manière, ajoute-t-elle, ici, une femme qui boit de l’alcool, c’est mal vu. » Le port du voile islamique est d’ailleurs plus répandu qu’à Istanbul ou Ankara. Les associations caritatives liées ou non à l’AKP sont très actives. Dans le centre piétonnier de la ville, et un peu partout autour du centre-ville, sous d’immenses tentes, ces associations qui se prétendent « apolitiques » vendent des denrées de base mais aussi des vêtements d’enfants pour un prix modique. Loin de l’agitation et du tumulte stambouliotes, Konya, surnommée la capitale des « tigres anatoliens » en raison d’un développement exceptionnel, semble avancer à son rythme, sans bruit.

Une chose est certaine dans cette Turquie de 2011, le succès de l’AKP n’est pas seulement dû, comme le prétendent ses adversaires, à l’instrumentalisation du religieux. Depuis son arrivée au pouvoir, en effet, le PIB (produit intérieur brut) a presque quadruplé, passant de 231 milliards de dollars en 2002 à 956 milliards de dollars à fin 2011. D’ici à 2015, il avoisinerait les 1 250 milliards de dollars. Par habitant, il est passé de 3 500 dollars à plus de 15 000 dollars en termes de parité de pouvoir d’achat. Le taux de croissance en 2010 a été de 8,9 % et se situerait entre 9 et 10 % à la fin 2011. Au niveau économique, la Turquie est au 17e rang mondial. Et au niveau européen, c’est la 6e économie. Rien de surprenant donc à ce que l’adhésion à l’UE ne semble plus une priorité pour Ankara, ni pour la majorité de la population. Bien plus, Tayyip Erdogan ambitionne de faire entrer l’économie turque dans le « Top Ten » des dix économies mondiales en 2023, année qui coïncidera avec le centième anniversaire de la fondation de la Turquie moderne par Mustapha Kemal, dit Atatürk. Le projet de trois villes nouvelles, dont deux à proximité d’Istanbul, la réalisation d’un canal reliant la mer Noire à celle de Marmara pour désengorger le Bosphore donnent la mesure de l’ambition affichée par celui que les Turcs appellent « le Sultan ». De cette croissance exceptionnelle, l’AKP a fait un atout diplomatique pour affirmer son rôle régional à cheval entre l’Europe, l’Asie et le Moyen-Orient, renouant avec un passé ottoman que les officiels évoquent de plus en plus.

Pourtant ces succès socio-économiques ne peuvent cacher cette réalité amère d’un chômage qui dépasse les 10 %, d’une pauvreté visible, quand, en fin d’après-midi, certaines artères d’Istanbul, d’Ankara et d’autres villes du pays sont envahies par des milliers de petits vendeurs proposant toutes sortes de produits, souvent de contrefaçon, pour arrondir leurs fins de mois. Les rénovations de quartiers de plusieurs villes, sous prétexte de restauration du patrimoine, sont l’occasion d’expulser les pauvres vers les banlieues dortoirs et de permettre l’installation de ces nouveaux riches enfantés par le néolibéralisme. En outre, la Turquie n’est pas à l’abri d’un retournement de conjoncture. L’afflux de capitaux spéculatifs sur fond de corruption entretient un sérieux risque financier, avertissent plusieurs économistes turcs.

Plus inquiétantes encore, les dérives autoritaires du régime. Plus de 60 journalistes incarcérés pour « complot » contre le gouvernement dans l’affaire Ergenekon. Une censure qui revient en force. Un appareil judiciaire sous contrôle depuis le référendum constitutionnel de septembre 2009. Qui plus est, les groupes financiers proches de l’AKP contrôlent de plus en plus de médias audiovisuels et écrits. Plus d’une dizaine de magazines, des journaux comme Sabah, Star, des chaînes de télé sont passés entre leurs mains, donnant à l’AKP une formidable force de frappe médiatique. Et même le système éducatif n’y échappe pas : la théorie de Darwin est désormais bannie des livres scolaires. La question kurde est loin d’être réglée. Et son projet d’une Constitution de type présidentiel à l’américaine en inquiète plus d’un.

Fethullah Gülen, face cachée de l’AKP

Né en 1941, ce penseur et prêcheur exilé aux États-Unis est à la tête de la plus importante confrérie religieuse de Turquie. Elle compte des centaines d’écoles, dispose de banques, est propriétaire de puissants groupes médiatiques, dont celui éditant Zaman, premier tirage de Turquie avec plus d’un million d’exemplaires, qu’elle met au service de l’AKP. Ce réseau, qui se dit apolitique, avait soutenu le coup d’État fomenté par le général Evren en 1982. Selon Ahmed Sik, auteur du livre interdit l’Armée de l’imam, le mouvement Gülen aurait noyauté la police turque. D’autres estiment que l’institution judiciaire figurerait parmi les cibles des gülenistes et que le Conseil supérieur de l’enseignement supérieur, qui vient d’autoriser le port du voile dans les universités, serait sous leur coupe.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :