jump to navigation

Il cherche la femme 25 juin 2011

Posted by Acturca in Art-Culture, Books / Livres, Turkey / Turquie.
Tags: , ,
trackback

24 Heures (Suisse) samedi 25 juin 2011, p. 35

Boris Senff

Le Nobel Orhan Pamuk revient avec un grand livre sur la quête de l’amour

«Les histoires d’amour qui se terminent bien ne méritent pas plus de quelques phrases!» Celle que raconte Le musée de l’innocence, dernier livre traduit du Turc Orhan Pamuk dont est tirée la précédente citation, dépasse les 660 pages. De là à dire qu’elle finit mal, ce n’est pas sûr, car le Prix Nobel de littérature 2006 affiche une fois de plus un talent retors de narrateur.

Le récit est tenu par Kemal, rejeton d’une bourgeoisie stambouliote dorée, qui revient sur 1975, année de ses fiançailles au Hilton de la ville du Bosphore. Tout lui est promis. Sa future d’abord, Sibel, belle jeune fille qui se pique de modernité européenne, mais qui sait aussi observer les convenances. L’entreprise de son père, ensuite, où il surclasse sans peine son frère aîné, lui semble tout aussi promise. Encore choyé par un cercle d’amis entrepreneurs, taillés sur le même patron fortuné et qui partagent les mêmes restaurants à la mode, Kemal peut envisager l’avenir avec l’assurance de celui qui sait que tout va être facile. Trop?

Quelques semaines avant que ne coulent à flots les alcools occidentaux au Hilton, Kemal, 30 ans, rencontre dans une boutique une lointaine parente, Füsun. La vendeuse de 18 ans devient rapidement sa maîtresse, au fil de rendez-vous aussi fréquents qu’intenses. En hédoniste, Kemal se jette à corps perdu dans cette aventure qui, de passade, finit par couver le feu de la passion.

Doté du cynisme de sa classe, le jeune bourgeois caresse déjà l’idée de conserver cette liaison après le mariage, poussant l’audace jusqu’à danser avec son amante pendant sa fête de fiançailles. Jusque-là, le roman de Pamuk a des allures plaisantes de «telenovela à la turque». Mais au lendemain de la fête, avec la disparition de la désirable Füsun, le récit bascule du côté du conte d’amour tragique. L’insouciance de Kemal cède la place au désarroi, au sentiment dévorant de l’absence de l’être aimé. Dégringolade dans l’alcool, désintérêt pour sa régulière (le mariage sera annulé) et absence au travail lui taillent une réputation de perdition.

Le roman ne fait pourtant que commencer. Car le jeune bourgeois stambouliote finit par retrouver la trace de sa belle qui vit avec père, mère et mari. Incapable de se passer d’elle, il opère une infiltration familiale maniaque, ramassant tous les objets qui peuvent lui rappeler son aimée, des ustensiles de cuisine à ses mégots, en passant par des bibelots. L’occasion pour un Pamuk naviguant entre une naïveté désarmante et un humour presque involontaire, d’explorer toutes les nuances de l’obsession (la maladie?) amoureuse.

Huit années passent. Istanbul se transforme, les coups d’Etat se succèdent, des parents meurent, les restaurants disparaissent. Le rêve de Kemal demeure. Sa collection d’objets liés à son amour ne cesse de grandir. Le «musée de l’Innocence» sera donc fondé pour accueillir la mémoire de cet amour difficile, et son histoire sera confiée par Kemal à un certain Pamuk. Avec Istanbul en décor, l’auteur turc signe une variation proustienne un peu folle sous le signe de l’utopie amoureuse et de la nostalgie. Touchant et troublant.

En dates

1952 Naissance à Istanbul.

1982 Premier livre, Mr. Cevdet et ses fils

1990 Le livre noir, succès international.

2001 Mon nom est rouge, fascinant roman sur les enlumineurs du XVIe siècle.

2005 Neige. Inculpé après une interview au Tages-Anzeiger où il ose aborder le sujet des Kurdes et des Arméniens tués en Turquie. Affaire classée en 2006.

2006 Prix Nobel de littérature.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :