jump to navigation

Les sirènes du Bosphore 1 juillet 2011

Posted by Acturca in Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

L’Équipe (France), Vendredi 1 juillet 2011, p. 15

David Loriot, Lodz, de notre envoyé spécial

Surprise du dernier carré de l’Euro, l’adversaire des Bleues s’est libéré après un début; de compétition catastrophique.

Elles ont fait la ronde, comme tout le monde. Au centre du terrain puis face à la vingtaine de supporters en transe, les gazelles ont bondi en tous sens. Sourires en diagonale, du soleil plein les larmes, elles sont restées longtemps à goûter ce délicieux moment d’histoire : en dominant le Monténégro hier (56-44), la Turquie a atteint pour la première fois de son histoire le dernier carré d’une compétition internationale !

Une performance d’autant plus remarquable que les Turques étaient entrées tout de travers dans cet Euro. Avec quatre défaites pour leurs cinq premiers matches, les filles de Yildizoglu avaient le ciment aux pieds. Un ultime succès face aux Biélorusses les faisait pourtant monter dans le quart in extremis et s’était d’un coup comme si tout s’éclairait. « On a haussé le rythme du jeu, on a couru, on a pris les shoots ouverts », racontait Nevin Nevlin.

Dix ans de travail

Sans jamais abandonner son angle fort, la défense (5 matches sur 7 à 60 points et moins encaissés et le Monténégro à 5 sur 29 aux tirs en deuxième mi-temps hier !), en suivant la route taillée par son axe 1-5 fort, Vardarli-Yilmaz, en jouant sur l’agressivité à tout coup en un contre un, la Turquie a changé de registre, changé de vie. Et hier, dans le flot du plaisir, elle se sentait même pousser des ailes dans le dos « C’est incroyable, c’est historique, oui », racontait l’impavide meneuse, Birsel Vardarli. « Je ne sais pas quoi dire, mais je sais que l’on peut battre n’importe qui ! » Même la France, ce soir en demi-finales ?

Ce coup de tonnerre dans la hiérarchie du basket européen, la Fédération turque en rêvait. Voilà des années que le président de la Fédération, Turgay Demirel, travaille à la naissance d’une grande équipe nationale. « Depuis dix ans, l’une de nos priorités majeures est de développer, de promouvoir le basket féminin », reconnaît-il. Dans cet élan, tout le monde s’y est mis. Les mécènes et la Ligue turque, qui accueille en son sein désormais deux des équipes les plus riches d’Europe, avec Galatasaray et Fenerbahçe, dont huit des douze joueuses composent l’équipe nationale en Pologne ! « Notre Fédération a fait un gros boulot, elle a travaillé pour nous et maintenant on sait pourquoi on joue », lâchait la shooteuse Saziye Ivegin, en montrant le croissant sur le maillot, des rêves plein les yeux…

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :