jump to navigation

Haro sur le foulard 27 août 2011

Posted by Acturca in EU / UE, France, Immigration, Religion.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

TeleObs – Nouvelle Observateur (France) du samedi 27 août au vendredi 2 septembre 2011, p. 37

Sylvie Véran

La polémique à propos du voile islamique a tellement occupé de place dans les médias français qu’elle est devenue lassante. Mais si Arte, chaîne franco-allemande, revient une nouvelle fois sur ce sujet, c’est parce que contrairement à notre pays où deux lois interdisent, l’une les signes religieux dans les écoles (2004), l’autre, le port du voile intégral dans l’espace public (2011), aucun texte, outre-Rhin, ne régit les tenues vestimentaires. Là-bas, comme il y a peu ici, le débat fait rage entre ceux que le voile, intégral ou pas, dérange, ceux qui pensent que légiférer serait une atteinte aux libertés individuelles et ceux qui refusent que soient stigmatisés les Turcs musulmans, principale communauté d’immigrés en Allemagne.

La question que pose le voile islamique, même non intégral, est de savoir si celles qui l’arborent ne subissent pas de pressions auxquelles elles seraient contraintes de se soumettre. Pour la sociologue et féministe allemande d’origine turque Necla Kelek, « le foulard est un symbole d’oppression de la femme, de discrimination de sexe, de régression. Il n’a pas sa place à notre époque ». Une époque où, en Europe, les églises se vident et où sourd la crainte d’une islamisation de la société. « L’Occident sécularisé se sent agressé par le retour de la religion dans l’espace public », explique Nilüfer Göle. Pour autant, selon cette sociologue turque enseignant à Paris, les jeunes filles issues de l’immigration ne considèrent pas le foulard comme une simple expression de leur foi. « Nombre de femmes turques portent le foulard non pas pour une raison religieuse mais pour signifier leur différence, pense également le journaliste allemand Claudius Seidl. Elles n’ont rien à gagner à afficher une apparence neutre. Elles ne seront jamais considérées comme des Allemandes. Alors, autant manifester clairement leur altérité. » D’après l’historienne Christina von Braun, le foulard pourrait aussi être une riposte à l’hypersexualisation des champs publicitaires et médiatiques, « à l’exhibitionnisme forcené de corps qui n’ont plus aucun secret ». Mais le foulard est aussi devenu un accessoire de mode. Revisité, modernisé, il semble plus être un signe de reconnaissance que d’asservissement.

« Sous le signe du voile » de Hilka Sinning, 23h05 – ArteDoc (lundi 29 août)

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :