jump to navigation

« Black Apple », hacker turc à l’assaut de la presse française 8 novembre 2011

Posted by Acturca in France, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , ,
trackback

Le Monde (France) mardi 8 novembre 2011, p. 15

Guillaume Perrier, Istanbul, correspondance

Le hacker turc qui a piraté mercredi 2 novembre le site Internet de Charlie Hebdo promet de « poursuivre sa mission  ». « Si Libération , ou d’autres journaux, continuent à publier ces dessins, nous nous occuperons de leurs sites  », menace-t-il. « Black Apple » est l’un des neuf hackers de l’équipe des Akincilar, du nom des cavaliers de l’armée ottomane. Ce sont eux qui ont fait intrusion sur la page d’accueil de « Charlie ».

Dans la vie, « Black Apple » se prénomme Ekber, c’est un jeune homme de 20 ans, brun, timide, à qui on donnerait le bon dieu sans confession. Etudiant en sciences et en informatique à l’université Isik, un établissement privé d’Istanbul, il est originaire de la ville de Rize, située sur les rives de la mer Noire, une région conservatrice et nationaliste au Nord-Est de la Turquie.

Dans le café du front de mer où il accepte de répondre à quelques questions, Ekber explique avoir réagi à la publication d’articles, sur des sites turcs, annonçant la sortie du numéro spécial baptisé « Charia Hebdo  ». « C’est une attaque contre l’islam, contre notre culture et nos croyances. Nous ne pouvions pas rester silencieux. C’est une insulte à nos valeurs sous couvert de la liberté d’expression  », insiste Ekber pour justifier le hacking. Au même titre que les « sites pornographiques ou satanistes  ».

Son équipe avait déjà attaqué le site de Penguen, l’hebdomadaire satirique turc, en mars, pour un dessin jugé blasphématoire. La caricature moquait la prière rituelle et sur le mirhab de la mosquée était écrit : « Il n’y a pas de dieu, la religion est un mensonge. » L’hebdo avait fini par publier des excuses auprès de ceux qui l’avaient trouvé irrespectueux, ce qui n’a pas empêché le dépôt d’une plainte par un procureur d’Istanbul.

Jusqu’à mardi 1er novembre, Ekber n’avait jamais entendu parler de Charlie Hebdo, ni d’aucun autre journal français, n’en faisant pas une cible particulière. Quant à l’incendie criminel qui a ravagé les locaux du journal, il n’a rien à voir avec leur action, assure-t-il. « Nous ne soutenons pas du tout l’utilisation de la violence. Ceux qui ont mis le feu sont probablement des provocateurs, des gens qui utilisent la religion.  »

Rhétorique guerrière

Les Akincilar, disséminés à travers la Turquie, se proclament « premier groupe de hackers turcs  ». Leurs cibles sont souvent très politiques : 1 500 sites américains; des sites israéliens, pris d’assaut après l’attaque du navire turc Mavi Marmara en mai 2010; le site de la compagnie pétrolière américaine Noble Energy, qui a entamé des forages gaziers au large de Chypre; des sites arméniens, kurdes…

Pratiquant sur leur forum une rhétorique guerrière, ils se présentent comme « des forces virtuelles  », « au service de l’Etat et des institutions  », selon Ekber. Les Anonymous en ont eux aussi fait les frais. Les pirates justiciers s’en étaient pris à des sites officiels turcs, notamment celui du premier ministre, pour protester contre la censure et le filtrage d’Internet en Turquie.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :