jump to navigation

Un trio de tueurs néonazis révulse l’Allemagne 14 novembre 2011

Posted by Acturca in Immigration, Turkey / Turquie.
Tags: , , , ,
trackback

Le Figaro (France) no. 20927, lundi 14 novembre 2011, p. 6

Patrick Saint-Paul, Correspondant à Berlin

Ce groupe est soupçonné d’avoir exécuté neuf immigrés et une policière entre 2000 et 2007.

L’apparition d’un trio de tueurs en série néonazis ranime le spectre d’une « Fraction armée brune » terroriste en Allemagne. Dans un DVD découvert par la police, Uwe Mundlos, Uwe Böhnhardt et Beate Zschäpe se réclament de la NSU, « l’undergroud national socialiste », un mystérieux groupuscule d’extrême droite, et revendiquent les meurtres de neuf immigrés et d’une policière restés inexpliqués. Le ministre allemand de l’Intérieur, Hans-Peter Friedrich, a évoqué l’existence d’un « terrorisme d’extrême droite » outre-Rhin, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Cernés par la police après l’attaque à main armée d’une banque ayant mal tourné à Eisenach, en ex-RDA, Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt se sont suicidés d’une balle dans la tête dans leur camping-car. Les enquêteurs y ont retrouvé l’arme de service et les menottes de Michèle Kiesewetter, une policière assassinée à Heilbronn en 2007. Et un DVD de 15 minutes mettant en scène une panthère rose revendiquant les meurtres de « neuf Turcs » – en réalité, huit hommes d’origine turque et un Grec travaillant dans des restaurants de kebabs – tués par balles dans une sinistre « tournée d’Allemagne ».

Vague d’indignation

Baptisée « Action brochette de kebab », la piste sanglante de la « NSU » s’étend à travers tout le territoire, de Hambourg à Rostock, dans le Nord, à Nuremberg et Munich, dans le Sud, en passant par Dortmund et Kassel à l’Ouest. Les assassinats se sont déroulés entre 2000 et 2007. Le groupuscule s’est financé par une série d’une douzaine de braquages de banque. Il serait aussi à l’origine d’une explosion ayant fait 22 blessés. L’arme du crime, un pistolet de calibre 7,5 mm de marque Ceska, a été retrouvée dans les décombres de l’appartement de Beate Zschäpe, 36 ans, à Zwickau (Est). Rompant le pacte par lequel le trio s’était engagé à se suicider collectivement s’il venait à être découvert par la police, le troisième membre du commando s’est rendu aux autorités après avoir mis le feu à son appartement.

Dans son DVD, la « NSU » affirme former le noyau dur d’un « réseau national de camarades répondant au leitmotiv : des actions au lieu des mots ». Les trois néonazis originaires d’Iéna, en ex-RDA, qui affectionnaient les blousons bombers et les rangers, signes de reconnaissance de cette mouvance, auraient bénéficié du soutien de la Thüringer Heimatschutz (TH – « protection de la patrie de Thuringe »), un autre groupuscule d’extrême droite. La police a interpellé quatre autres suspects rapportait, hier, le quotidien Bild.

L’affaire a déclenché une vague d’indignation à travers tout le pays. La classe politique et les médias s’inquiètent de l’existence d’une « Fraction armée brune », un groupe terroriste d’extrême droite formé sur le modèle de la Fraction armée rouge, qui plongea l’Allemagne dans la violence d’extrême gauche dans les années 1970 et 1980. « Cette affaire montre qu’il y a encore des extrémistes de droite prêts à la violence en Allemagne », s’alarme Thomas Oppermann, chef du groupe parlementaire social-démocrate (SPD, opposition).

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :