jump to navigation

Fitch révise ses perspectives pour la Turquie de « positives » à « stables » 23 novembre 2011

Posted by Acturca in Economy / Economie, Turkey / Turquie.
Tags: ,
trackback

Agence France Presse

Mercredi 23 novembre 2011, Istanbul

L’agence de notation financière Fitch a annoncé mercredi avoir révisé ses perspectives pour la note de la Turquie de « positives » à « stables » en raison de « risques à court terme » pour la stabilité du pays.

Fitch, qui a maintenu sa principale note pour la Turquie à « BB+ », a expliqué dans un communiqué que l’abaissement des perspectives reflétait « une augmentation des risques à court terme pour la stabilité macroéconomique, à un moment où la Turquie est confrontée au défi de réduire son important déficit des comptes courants et un taux d’inflation supérieur aux prévisions ».

L’agence, qui mentionne aussi un contexte économique mondial difficile, souligne toutefois que « les notations sont soutenues par une dynamique favorable du gouvernement sur la dette, un taux de croissance potentiel vigoureux et un secteur bancaire fort ».

« Si la Turquie parvient à effectuer un atterrissage en douceur et si les risques macrofinanciers à court terme faiblissent, la dynamique de la notation pourrait repartir vers le haut », ajoute-t-elle.

L’agence qualifie de « surchauffe » de l’économie les taux de croissance records affichés par la Turquie – 8,9% en 2010, 11,6% au premier trimestre 2011 et 8,8% au deuxième.

Elle prévoit une croissance de 7,5% pour 2011, puis une chute à 2,2% en 2012 dans le sillage des économies mondiales et une reprise à 4,5% en 2013 – les prévisions du gouvernement turc sont respectivement de 7,5%, 4% et 5% -, avec un ralentissement de l’inflation et une baisse du déficit des comptes courants.

Cette forte croissance a cependant creusé le déficit des comptes courants car les importations ont augmenté et la progression des exportations vers l’Europe s’est tassée, le déficit étant comblé notamment par des capitaux spéculatifs à court terme.
L’agence de notation financière Moody’s a prévenu en août la Turquie que la maîtrise de ses déficits était nécessaire pour être mieux notée et appelé Ankara à « améliorer davantage ses fondamentaux fiscaux ».

Pour décourager les investissements spéculatifs à court terme, la Banque centrale turque a abaissé de manière significative les taux d’intérêt, et a imposé aux banques un relèvement de leurs montants minimaux de réserves, pour limiter leurs capacités de crédit à la consommation.

Ces mesures ont fait chuter la livre turque, avec comme objectif de favoriser les exportations et de réduire les importations.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :