jump to navigation

Vivre à Sagalassos , expérience totale et colossale 30 novembre 2011

Posted by Acturca in Art-Culture, History / Histoire, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , , , , , ,
trackback

Le Soir (Belgique) mercredi 30 novembre 2011, p. 43

Dominique Legrand

Sagalassos City of Dreams, superbe expo, redonne vie aux splendeurs de cette ville antique.

L’histoire de Sagalassos, c’est un « Yes, we can » . Imaginez une cité antique parfaitement conservée, le « spot » de l’élite locale au sein de l’Empire romain, un grand boulevard avec des magasins, des thermes, l’agora, l’Odéon, le Nymphée, le temple d’Apollon, un théâtre, le quartier des potiers, le stade…

Histoire d’un dieu protecteur, – Zeus puis Apollon -, d’un homme aux multiples visages dans le temps – Alexandre le Grand, les empereurs romains d’Auguste à Marc Aurèle -, la belle cité blanche est aussi la révélation pour l’archéologue belge, Marc Waelkens. Avec une équipe de chercheurs internationaux (dont la KULeuven), celui qui est tombé dans le chaudron magique de l’archéologie en lisant enfant des Belles histoires de l’oncle Paul dans le magazine Tintin, fouille le site depuis les années 80.

L’exposition de ce rêve en Anatolie a un prix : près de 2 millions d’euros hors TVA et honoraires. C’est un voyage magique dans le temps. À une centaine de kilomètres au nord de l’actuelle Antalya, Sagalassos échelonne ses merveilles architecturales sur les contreforts du Taurus, en Turquie. Coup de foudre : la tête aux boucles finement sculptées d’une statue en marbre blanc qui devait atteindre cinq mètres de hauteur accueille le visiteur.

C’est l’empereur romain Marc Aurèle, maître du monde ressemblant à un dieu perdu dans ses pensées. Il donne le ton d’une exposition dont les pièces colossales révèlent la puissance et la richesse de l’élite qui vécut à Sagalassos, mais aussi par la finesse de merveilles produites par des artisans de haut niveau : ornements architecturaux, statuettes, poteries, épingles à cheveux, bouchons de flacons à parfum…

Parcours chronologique dans un immense champ de fouilles, écrans tactiles, photographies gigantesques, scénographie parfaite, carnet d’archéologue pour les enfants, tout est mis en oeuvre pour que l’on se sente dans le coup, avec une rigueur scientifique compréhensible à divers niveaux d’âge et de connaissances.

Du rêve à la reconstruction

La cité a été occupée en permanence à partir du Ve siècle avant notre ère. Lorsqu’Alexandre le Grand y pénètre dans sa conquête de la Macédoine en 334, c’est une cité fortifiée issue de l’empire perse. Sous domination romaine dès 129 av. Jésus Christ, la première cité de Pisidie devient une cité hellénisante prestigieuse.

On savait vivre à Sagalassos ! Une immense salle de concerts de 2.000 places (l’équivalent du Cirque Royal de Bruxelles), avec espace VIP et escalier pour rejoindre le podium, une villa de 52 pièces datant du IVe siècle avant notre ère, un marché, des thermes parmi les plus grands de Turquie, la plus ancienne rue à colonnades de l’Est méditerranéen… La production de céramiques, de fer, les oliveraies, l’agriculture feront de celle-ci une des perles de l’Empire romain. Un voile noir enveloppe Sagalassos. Une épidémie de peste, deux tremblements de terre aux VIe et VIIe siècles de notre ère anéantissent la cité chrétienne. C’est une ville fantôme. Deus ex machina, Marc Waelkens reconstruit les monuments par anastylose, relevant la ville pierre par pierre avec au moins 80 % d’éléments d’origine !

Repères

Musée gallo-romain, 15 Kielenstraat, Tongres, jusqu’au 17 juin. Guide gratuit en français.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :