jump to navigation

Erman Kunter d’Istanbul à Cholet 11 décembre 2011

Posted by Acturca in France, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , ,
trackback

La Nouvelle République Dimanche (France) 11 décembre 2011, p. S1

Entretien : Nicolas Rimbaux

Erman Kunter. L’entraîneur de Cholet est devenu un homme fort du basket français

p. S16

Maître Kunter

D’abord, il y a une voix. Rauque, puissante, comme abîmée par ces cigarettes qu’il enfile comme d’autres les paniers. Ensuite, il y a ce regard, d’un vert perçant, presque impressionnant pour l’interlocuteur.

A la tête de Cholet Basket depuis 2006, après une première saison en 2003-2004, l’entraîneur franco-turc est devenu incontournable dans le basket français.

Dans son bureau vétuste et un poil tristounet de la salle de la Meilleraie, il accepte de nous recevoir. « Mais je n’ai que quelques minutes », précise-t-il d’emblée.On n’ose le contredire malgré un rendez-vous pris depuis une semaine…

Au mur trois cartes sont accrochées. Celles de la France, du monde et de l’Europe, la plus importante pour cet homme né il y a cinquante-cinq ans dans la bouillonnante Istanbul.

Il y a aussi un poster de Mohammed Ali, « un champion au mental inégalé »et, plus étonnant, un jeu d’échecs : « J’adore y jouer mais les partenaires et le temps me manquent. »

Le temps, Erman Kunter le dévore. Comme beaucoup d’entraîneurs, l’ancien international (215 sélections, un record pour la Turquie) est un passionné qui ne compte pas ses heures. « J’arrive à la salle entre 8 h et 8 h 30 et repars vers 19 h 30. » Au final, après deux cafés et… deux cigarettes, il nous accordera quarante minutes de son temps. Inespéré.

Pouvez-vous nous raconter les conditions de votre arrivée à Cholet en 2003 ?

« Nous venions de réaliser une saison correcte avec Galatasaray et un agent m’a contacté au sujet de Cholet qui cherchait un entraîneur. C’est vraiment le hasard qui m’a conduit ici même si le fait de parler français a facilité mon choix. »

Justement, où avez-vous appris à parler aussi bien ?

« J’ai suivi les cours du lycée français d’Istanbul. Mon épouse, née à Poitiers d’une mère allemande, parle aussi parfaitement. »

Passer de la métropole stambouliote à la campagne des Mauges, ce n’est pas trop déstabilisant ?

« C’est sûr que cela change. Istanbul est une ville hors normes. Ici, c’est tranquille. En même temps, en France, hormis Paris, tout semble calme comparé à Istanbul. »

Il s’agit de votre septième saison à la tête de Cholet. Comment expliquez-vous une telle longévité ?

« Le métier d’entraîneur fonctionne par cycle, avec des projets. A Cholet, la réputation du club s’est bâtie sur la formation. Mais former des joueurs prend du temps. Et il faut accepter de connaître des saisons moins bonnes avant de réussir. Ici, j’ai la possibilité de travailler dans des conditions qui me conviennent. »

Vous avez participé à l’éclosion de joueurs de premier rang, comme Mickaël Gelabale, Nando de Colo, Rodrigue Beaubois ou Kevin Séraphin qui aujourd’hui évoluent dans de grands clubs. N’est-ce pas frustrant de ne pas les avoir conservés ?

« C’est le destin des clubs formateurs comme Cholet qui continuent d’exister grâce à ce système. Si vous acceptez ce principe et anticipez les départs, il n’y a pas de problème. Et en plus, cela n’empêche pas de gagner des titres, comme en 2010. »

Avez-vous pensé à partir ?

« Mon contrat se termine fin 2013, ce n’est pas à l’ordre du jour. J’ai reçu des sollicitations mais si c’est juste pour gagner 10 ou 20 % de plus, cela ne m’intéresse pas, d’autant que je ne suis pas sûr de retrouver cette liberté de travail. Et puis, ma femme et moi apprécions la région. Le calme, le vin, les fruits de mer (sic)…c’est un cadre de vie plutôt agréable. »

Quels sont aujourd’hui vos contacts avec la Turquie ?

« Je reste informé quotidiennement de ce qui se passe. Ma mère et une tante y vivent encore, et j’essaie de rentrer deux fois par an, à la fin de la saison et durant les fêtes. »

Votre double nationalité, française et turque, fait de vous un observateur privilégié des deux pays. Pensez-vous que la Turquie soit prête pour rejoindre l’Europe ?

« La Turquie est un pays jeune, plein d’avenir, qui va beaucoup mieux économiquement. La plupart des gens aimeraient rejoindre l’Union européenne. Mais je pense que les deux parties ne sont pas encore prêtes. En Turquie, malgré le calme actuel, il est encore difficile de savoir si le gouvernement a changé d’attitude envers les minorités. De son côté, l’Europe traverse une crise peu propice au débat. Surtout que la Grèce, au coeur du problème, entretient des relations tendues avec la Turquie. »

Repères

  • Erman Kunter est né le 8 octobre 1956 à Istanbul. Il est marié et père d’une fille de 26 ans.
  • Surnommé le Malin du Bosphore ou le Sorcier des Mauges, il possède depuis septembre 2010 la double nationalité française et turque.
  • Après une carrière de joueur (1971-1992), il débute comme entraîneur au club turc de Darussafaka avant de prendre en mains la sélection turque (1997-2000) et de revenir en club, à Galatasaray (2002-2003).
  • Il arrive en France en 2003 pour une première saison à Cholet puis signe à Villeurbanne (2004-2005). Depuis 2006, il est de retour à Cholet.
  • Il compte 215 sélections en équipe nationale ainsi que le record ahurissant du nombre de points marqués en un seul match : 153 avec Fenerbahçe !
  • Comme entraîneur, il a remporté la Semaine des As (2008), le titre de champion de France (2010) et a été finaliste de l’EuroChallenge (2009).
  • Il a été élu meilleur entraîneur de Pro A lors de la saison 2010-2011.
  • Il a participé à l’éclosion de plusieurs joueurs français majeurs comme Claude Marquis, Mickaël Gelabale, Cyril Akpomedah, Nando de Colo, Rodrique Beaubois ou Kevin Séraphin.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :