jump to navigation

Noël, une journée comme les autres 25 décembre 2011

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Immigration, Religion, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

La Montagne (France) dimanche 25 décembre 2011, p. 6

Benjamin Gardel, Montluçon

Chez les Sahin, le 25 décembre est un jour ordinaire. Des cadeaux, il y en aura un peu plus tard, pour fêter en famille le passage en 2012.

Hier matin, comme tous les samedis, Nurullah Sahin s’est levé aux aurores pour installer son étal sur le marché Saint-Pierre et vendre ses spécialités turques et orientales. L’après-midi, pas de répit. Ouverture jusqu’à 19 heures de sa boutique à Fontbouillant, avant de baisser le rideau, monter à bord de son utilitaire et rejoindre sa femme, Melek, dans leur appartement situé à quelques barres d’immeubles de là.

Pour ce couple de Turcs mariés depuis 30 ans, installés dans leur appartement montluçonnais depuis 24 ans et de confession musulmane, cette soirée du 24 décembre a été une soirée comme une autre. « On respecte les chrétiens qui réveillonnent ce soir-là, à chacun sa religion, explique Nurullah. En tant que musulmans, nous n’avons pas de raison de faire la fête ce jour-là en particulier ».

Comme souvent, le couple s’est retrouvé pour raconter sa journée autour « des bons petits plats préparés ma femme, la meilleure des cuisinières ». Il n’en faut pas plus pour faire rougir Melek. Presque aussi rouge que les poivrons dont elle a eu besoin pour préparer, l’été dernier, cette pâte séchée qui, une fois diluée dans l’eau, donnera la tarhana çorbasi, soupe gorgée de soleil et sans doute servie en cette fin d’année. La télévision s’est allumée sur l’une de 163 chaînes turques du satellite. Madame, attirée par les séries, et monsieur, plutôt sports, ne se sont pas fait de cadeaux.

Chez les Sahin, rien n’est planifié. Alors peut-être qu’aujourd’hui de la famille, des amis viendront à l’improviste. « La porte est toujours ouverte », reprend Melek. Et le garde-manger plein à craquer, les casseroles sur le feu « au cas où ».

Nurullah dans le costume de Père Noël

Les 24 et 25 décembre, journées ordinaires. Pourtant, Nurullah et Melek en gardent quelques bons souvenirs jaunis par le temps. Éclats de rires quand Melek présentent à son mari deux coupures de presse : « Ça remonte à plus de vingt ans, se rappelle Nurullah. La MJC ne trouvait personne pour faire le Père Noël, alors ils me l’avaient demandé. Je n’ai pas hésité une seconde. C’était super, même si les gamins m’ont vite reconnu ».

Dans leur salon, ni sapin ni guirlandes. Tout a été remballé depuis que leurs deux filles, Serpil et Sevil aujourd’hui âgées de 28 et 23 ans, n’ont plus cru au gros barbu : « C’était de jolis moments de les voir croire au Père Noël, on est bien loin de l’aspect religieux là. »

Et les cadeaux alors ? « Il y en a eu et il y en aura, mais plus pour fêter la nouvelle année, cela se fait beaucoup en Turquie. D’ailleurs, on ne les a pas encore achetés pour nos petits-enfants qui arrivent le 27 ». Car les Sahin basculeront en 2012 en famille. « Et là, ce sera une vraie fête pour nous ».

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :