jump to navigation

Pourquoi ADP et Vinci bataillent en Turquie 27 février 2012

Posted by Acturca in Economy / Economie, France, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

La Tribune (France), no. 4913, lundi 27 février 2012, p. 47

Appel d’offres

Les deux groupes français se retrouvent en finale pour entrer au capital de TAV Holdings, le groupe aéroportuaire turc valorisé à 1,3 milliards d’euros. Doté d’un très riche portefeuille, l’aéroport d’Istanbul constitue une véritable pépite.

Vinci, Aéroports de Paris (ADP). Les deux groupes se détestent depuis 2008 quand le premier a fait irruption dans le capital du second en raflant 3 % des actions dans le but de se trouver en première ligne le jour où l’Etat privatisera le gestionnaire des aéroports parisiens. Une tactique qui avait payé pour les autoroutes ASF. Mais là, il n’en fut rien : l’Etat a certes réduit sa participation, mais reste majoritaire à 50,2 %. Mais Vinci ne s’est pas retiré et reste toujours à l’affût d’un éventuel désengagement de l’Etat pour cause de besoin de liquidités.

Ebidta en hausse de 257 millions d’euros

Les deux rivaux se retrouvent aujourd’hui en finale pour le contrôle de l’opérateur turc TAV Havalimanlari. Un gros morceau et une belle pépite. Le groupe, valorisé 3,2 milliards de livres à la Bourse d’Istanbul (1,35 milliard d’euros), appartient à des groupes turcs (Acsen notamment) qui se partagent quelque 60 % du capital (le flottant est d’environ 40 %). TAV possède plusieurs aéroports en Turquie (Istanbul, Ankara, Izmir, Antalya) mais aussi en Géorgie (Tbilisi, Batumi), en Tunisie (Monastir, Hammamet), en Macédoine, en Lituanie et en Arabie Saoudite. Au total, TAV pèse 881 millions d’euros de chiffre d’affaires (en 2011), en hausse de 12 %, et a dégagé un Ebitda de 257 millions (+ 21 %) et un résultat net de 52,8 millions. Sa dette avoisine tout de même 800 millions d’euros.

59 millions de passagers en 2020

L’aéroport Ataturk d’Istanbul est le véritable joyau de ce protefeuille. D’excellente qualité, il pointe au huitième rang des aéroports européens en termes de trafic (37,4 millions de passagers, + 16 % l’an dernier) et profite de l’époustouflante croissance de Turkish Airlines.

Selon nos informations, TAV prévoit 59 millions de passagers en 2020, une estimation exagérée pour faire monter les enchères, selon certains acteurs français. Surtout si une troisième piste n’était pas construite d’ici là.

Le prix contre l’expérience?

Le verdict pourrait intervenir dans moins de trois semaines. Qui a le plus de chances? « Tout dépend si les actionnaires turcs vont privilégier le prix ou le projet industriel », explique un analyste. « Si le prix est déterminant, Vinci l’emportera car le groupe a l’habitude d’être plus agressif sur ce point qu’ADP », assure t-il. A la tête de plusieurs aéroports régionaux (comme Nantes), le groupe de concessions veut à la fois grossir et utiliser son savoir faire français comme rampe de lancement à l’étranger où il gère seulement trois aéroports cambodgiens.

En face, Aéroports de Paris est forcément plus armé. A Paris, il gère déjà des aéroports de grande taille. Avec sa filiale ADPM (spécialisée dans la gestion aéroportuaire), il pilote déjà plusieurs aéroports à l’étranger. Même si sa stratégie à l’international, mise en avant depuis l’introduction en Bourse en 2006, n’a pas avancé d’un pouce depuis, le PDG d’ADP, Pierre Graff, cherche à se doter de leviers de croissance pour l’avenir.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :