jump to navigation

Dogu. Haïdouti Orkestar 17 mars 2012

Posted by Acturca in Art-Culture, France, Turkey / Turquie.
Tags: , , , , ,
trackback

Télérama (France) no. 3244, Samedi 17 mars 2012, p. 79

Anne Berthod

En élargissant ses horizons vers l’est (dogu en turc), la fanfare gypsy-turque de Paris creuse un sillon plus séduisant que celui de ses deux disques précédents. Le tropisme ottoman demeure – avec une reprise western pétillante du Cane Cane de Sivan Perwer -, mais le répertoire s’enrichit de poésies populaires puisées dans les traditions macédonienne, azérie, arménienne, libanaise et syrienne. Plus oriental que jamais, leur melting-pot cuivré se pare de couleurs lyriques inédites, souvent langoureuses, parfois mélancoliques, qui font ressortir le beau timbre guttural de Zéki Ayad Çölas.

La sensualité de la Marocaine Sanaa Moulali et de la Turque Gülay Hacer Toruk, deux chanteuses recrutées en extra sur la moitié des titres, y est pour beaucoup. Mais pas seulement. Car, aux neuf musiciens de l’orchestre (sax, accordéon, trompettes, tubas, derbouka, soubassophone) se mêlent beaucoup d’autres invités. Parmi eux, Didier Malherbe (doudouk), Pierre Rigopoulos (zarb) ou encore Ibrahim Maalouf, dont la trompette microtonale étire des accents sombres et poignants sur Mouwwal, puis pimente, plus alerte, le dense Ya Ayn Moulayiitayn.

Haïdouti Orkestar, Dogu, CD Tchekchoukaf-L’Autre distribution.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :