jump to navigation

En Turquie, la fronde des islamistes anticapitalistes 11 mai 2012

Posted by Acturca in Economy / Economie, Turkey / Turquie.
Tags: , , , ,
trackback

Libération (France) 11 mai 2012, p. 7
Vu d’Istanbul

Ragip Duran

Ils se revendiquent Jeunes Musulmans anticapitalistes (Jmac). Pour la plupart, ce sont des étudiants, certains barbus, d’autres bien rasés, des filles avec ou sans foulard islamique. «Nous voulons mettre en avant la dimension sociale et « solidariste » de l’islam», explique Ihsan Eliacik, idéologue de ce mouvement qui défraie la chronique en Turquie. Ils sont sur le devant de la scène de tous les médias depuis leur participation à la marche du 1er Mai avec une banderole clamant en turc, kurde, arabe et arménien : «La propriété appartient à Allah.» Ils scandaient «Dieu, pain et liberté» ou «Nous ne voulons pas de musulmans voleurs», tout en appelant à la lutte «contre Pharaon». Autant de références visant très clairement l’AKP du Premier ministre Erdogan, le parti islamiste au pouvoir depuis 2002, qui a remporté pour la troisième fois consécutive les législative, en juin, avec 50% des voix.

Réunis devant une des grandes mosquées d’Istanbul, ils avaient d’abord prié pour «l’ensemble des personnes tuées lors des accidents de travail», avant de rejoindre la grande place de Taksim, où se tenaient les manifestations du 1er Mai. «Ces musulmans anticapitalistes lancent un avertissement sérieux à Erdogan, qui se réclame de l’islam mais ne se soucie plus des problèmes économiques et sociaux des millions de citoyens qui avaient voté pour son parti», estime Fehmi Koru, chroniqueur du quotidien Star, proche du gouvernement. «Quelques anciens pauvres sont devenus super-riches grâce au soutien du gouvernement alors que la majorité des électeurs de l’AKP sont encore et toujours pauvres», renchérit Meral Tamer dans les colonnes du quotidien Milliyet (libéral).

Personne au sein du gouvernement n’a encore réagi au succès de ce mouvement, mais l’embarras est palpable. Pour la première fois depuis dix ans, l’AKP commence à reculer dans les sondages – tout en recueillant 47% des intentions de vote. Le miracle économique turc commence à avoir du plomb dans l’aile. L’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé, pour la première fois depuis dix ans, qu’elle abaissait de «positive» à «stable» la perspective de la note de la dette à long terme du pays. A cela s’ajoutent les inquiétudes sur l’état de santé de Recep Tayyip Erdogan, opéré deux fois du colon. Le black-out officiel ne fait que nourrir les rumeurs sur un possible cancer.

Le succès des Jmac «n’a rien d’étonnant», selon Ali Vahit Turhan, spécialiste de philosophie politique à l’université de Marmara. Il souligne avec ironie : «Les islamistes se servent du discours de la gauche. Alors que leurs idéologues prétendent la fin de la gauche.»

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :