jump to navigation

UE/Turquie: la Commission veut ranimer le processus d’adhésion d’Ankara 22 mai 2012

Posted by Acturca in EU / UE, France, South East Europe / Europe du Sud-Est, Turkey-EU / Turquie-UE.
Tags: , , , , , , ,
trackback

Europolitique (Belgique) 22 mai 2012

Par Lénaïc Vaudin d’Imécourt

Lors d’une visite à Ankara le 17 mai, le commissaire européen à l’élargissement Stefan Füle a présenté un « agenda positif » visant à revitaliser les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE, qui marquent le pas. « Notre objectif est de maintenir en vie le processus d’adhésion et de le mettre correctement sur les rails après une période de stagnation, qui a été une source de frustration des deux côtés », a-t-il dit.

Avec sa nouvelle stratégie, la Commission envisage de « ranimer le dynamisme européano-turc » en créant des «groupes de travail » dédiés à huit chapitres de négociation. « Avec nos amis turcs, nous sommes convenus de mettre en place ces groupes de travail dont la tâche sera d’accélérer le processus d’alignement de la Turquie avec les politiques et les normes de l’UE  », a expliqué M. Füle.

Cette initiative ne remplacera pas le processus actuel, mais lui donnera un nouvel élan, a-t-il noté.

Parmi les priorités de ce nouvel « agenda positif » : l’harmonisation de la législation de la Turquie avec celle de l’UE, une concertation sur des questions de politique étrangère comme la Syrie, une coopération accrue sur les questions énergétiques ou la facilitation des déplacements des citoyens turcs dans l’Union.

Les groupes de travail se concentreront sur des chapitres spécifiques des négociations d’adhésion couvrant le judiciaire et les droits fondamentaux ; les visas, la mobilité et la migration ; l’énergie ; le commerce et l’union douanière ; et le contre-terrorisme. Ankara se verra offrir « soutien et orientation » pour poursuivre son alignement sur la législation de l’UE. Le premier groupe de travail sur le chapitre 23 – judiciaire et droits fondamentaux – s’est réuni le 17 mai.

La Turquie a frappé à la porte de l’UE en 1987, mais ce n’est qu’en 2005 qu’elle a pu entamer ses négociations d’adhésion. Le processus s’est depuis lors enrayé, certains Etats membres repoussant un pays à prédominance musulmane. L’ex-président français Nicolas Sarkozy avait exigé qu’Ankara accepte un accord de partenariat spécial au lieu d’une adhésion à l’UE.

Le litige sur l’île divisée de Chypre est un obstacle majeur à l’avancement des négociations. Dans son rapport d’étape d’octobre sur les négociations d’adhésion de la Turquie, la Commission a invité Ankara à normaliser ses relations avec l’Etat chypriote grec.

La Turquie n’a, depuis 2005, ouverte que treize des 35 chapitres à négocier, et aucun dossier n’a bougé ces deux dernières années. Seul le chapitre 25 sur la science et la recherche a été provisoirement fermé.

L’initiative de la Commission intervient à quelques mois de la présidence chypriote du Conseil, en juillet. Les autorités turques ont déjà dit leur intention de suspendre toute relation avec la présidence de l’UE pendant le semestre chypriote.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :