jump to navigation

Escalade entre la Syrie et la Turquie 4 octobre 2012

Posted by Acturca in Middle East / Moyen Orient, Turkey / Turquie.
Tags:
trackback

Le Soir (Belgique) jeudi 4 octobre 2012, p. 8

Maroun Labaki

Méditerranée orientale. L’armée turque a riposté à des tirs d’obus provenant de Syrie. La provocation de trop ? L’escalade fatale au régime syrien ? Tout débute mercredi en milieu d’après-midi, lorsque des obus syriens tombent en Turquie, sur Akcakale, un village du sud-est du pays. « Parmi les trois morts se trouvent une femme et un enfant de 6 ans. Il y a aussi 9 blessés » , annonce le maire du village sur CNN-Türk. « Il y a une colère dans notre localité envers la Syrie » , ajoute-t-il. L’agence de presse turque Anadolu annonce que les habitants d’Akcakale sont descendus pour marcher sur la mairie.

Immédiatement, le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, convoque une réunion d’urgence au ministère des Affaires étrangères à Ankara. Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, réunit lui aussi ses conseillers. La riposte est en gestation. Entre-temps, le bilan est passé à cinq morts. « C’est un incident très grave, qui dépasse les bornes » , commente le vice-Premier ministre turc, Besir Atalay. Il est vrai que la Turquie est échaudée, depuis la destruction d’un avion militaire turc par un missile syrien au mois de juin. Elle a rompu avec le régime syrien et abrite sur son sol plus de 93.000 réfugiés syriens dans plusieurs camps le long de la longue frontière (de 900 kilomètres).

Ahmet Davutoglu appelle Ban Ki-moon « pour exprimer la profonde inquiétude de son gouvernement à propos de cet incident. » Le secrétaire général de l’ONU fait son métier : il « l’encourage à maintenir ouverts tous les canaux de communication avec les autorités syriennes afin de réduire toute tension qui pourrait être suscitée par cet incident » .

La machine diplomatique turque, qui n’est pas négligeable, s’est mise en branle. Peu après 20 heures, heure de Bruxelles, le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, exprime sa « ferme condamnation » des tirs syriens. « L’Otan continue à suivre la situation de près et avec une grande préoccupation » , ajoute sa porte-parole. La Turquie est membre de l’Otan. Puis Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américaine, se dit « indignée. » Elle évoque un incident « très très dangereux. » A Paris, le porte-parole des Affaires étrangères déclare : « Nous condamnons fermement les tirs d’obus ayant causé la mort d’au moins cinq personnes sur le territoire turc. (…) La Turquie est notre alliée » . Laurent Fabius appelle Ahmet Davutoglu, pour lui « exprimer notre solidarité et notre plein soutien. »

On ne plaisante pas avec la grande Turquie ! A 21h05, les « urgents » des agences de presse annoncent que la Turquie a bombardé des cibles situées en territoire syrien en représailles aux tirs d’obus venus de Syrie. « Cette attaque a fait l’objet d’une riposte immédiate de nos forces armées (…) qui ont bombardé le long de la frontière des cibles identifiées par radar. (…) La Turquie ne laissera jamais impunies de telles provocations du régime syrien – dans le respect du droit international et de ses règles d’intervention » , précise le chef du gouvernement turc dans un communiqué.

« Toute attaque armée contre un ou plusieurs Etats membres en Europe ou en Amérique du Nord doit être considérée comme une attaque contre tous » : c’est l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord. La Turquie invoque l’article 4, aux termes duquel « les parties se consulteront chaque fois que, de l’avis de l’une d’elles, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de l’une des parties sera menacée. » A 21h30, à Evere, dans la banlieue de Bruxelles, débute une réunion extraordinaire des vingt-huit Etats membres de l’Otan, au niveau de leurs ambassadeurs : un Conseil de l’Atlantique Nord.

A New York, Ban Ki-moon tente de désamorcer la tension. Il « demande au gouvernement syrien de respecter totalement l’intégrité territoriale de ses voisins ainsi que de mettre fin à la violence contre le peuple syrien. »

Au terme d’une heure de réunion, à Evere, les ambassadeurs se séparent : « L’Alliance continue de se tenir aux côtés de la Turquie (…), exige la cessation immédiate de tels actes agressifs envers un allié et exhorte le régime syrien à mettre fin à ses violations flagrantes du droit international. »

Vers 23h30, la Syrie annonce l’ouverture d’une enquête sur les tirs d’obus qui ont visé Akcakale. Et peut-être marqué un tournant dans l’histoire de la révolution syrienne.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :