jump to navigation

Le « tigre turc » emballe les patrons, moins les politiques 14 octobre 2012

Posted by Acturca in Economy / Economie, Immigration, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

La Libre Belgique, dimanche 14 octobre 2012, p. 28

Raphaël Meulders

Une mission princière s’envole ce lundi en Turquie. Malgré les élections…  Les spécialistes l’affirment en chœur: la Turquie compte parmi les pays qui présente l’une des économies les plus dynamiques du moment. Avec un taux de croissance de 9% au deuxième trimestre 2012, la patrie d’Atatürk fait d’ailleurs pâlir de jalousie les économies européennes, toujours embourbées dans la crise. « Dans la période troublée que traverse l’économie mondiale, la Turquie affiche une croissance presque indécente, remarque Marc Bogaerts, directeur général de l’Agence pour le commerce extérieur (ACE). Grâce à sa localisation idéale au carrefour de l’Europe et de l’Asie, à sa population jeune et dynamique, le pays offre des perspectives de croissance considérables à long terme ».

Le gouvernement turc a d’ailleurs pour ambition de placer le pays parmi les dix premières économies mondiales d’ici 2023. Autre signe qui ne trompe pas : diverses études ont montré que la diaspora turque, guidée par cettte croissance spectaculaire, avait de plus en plus tendance à rentrer au pays . « La Turquie s’est hissée au niveau des destinations les plus attractives pour les investisseurs », développe Marc Bogaerts.

Les entrepreneurs belges ont bien compris le message : au total, plus de 300 chefs d’entreprise s’envoleront ce lundi pour une mission économique emmenée par le prince Philippe. Quasiment un record depuis 2003. Mais s’il emballe le monde économique belge, le « tigre turc » laisse plutôt de marbre les hommes politiques, habitués à mener ce genre de délégation. Il faut dire que le timing est serré, puisque la mission s’envole au lendemain du scrutin communal et que de nombreuses coalitions se négocieront la semaine prochaine. Le ministre socialiste wallon, Jean-Claude Marcourt (qui se présente à Liège et s’est rendu en Turquie récemment) ne sera pas de la partie alors que le Bruxellois Benoît Cerexhe (CDH et candidat à Woluwé-Saint-Pierre) et le Flamand Kris Peeters (CD&V à Puurs) feront des sauts de puce la semaine prochaine. « Cela tombe très mal, explique M. Cerexhe, d’autant que les entreprises bruxelloises représentent le tiers de la délégation. J’y vais, c’est sûr, mais je ne sais pas encore quand exactement : cela dépendra des résultats communaux ». « Le fait que la mission tombe juste après les élections n’est évidemment pas voulu, explique-t-on à l’ACE. C’est une pure coïncidence. C es missions sont programmées des mois, voire des années à l’avance. On sait que les ministres ont des agendas très chargés ».

À noter également qu’un important volet diplomatique est au programme (situation syrienne, candidature turque à l’Union européenne, …) assuré par le ministre Didier Reynders (MR et… candidat à Uccle).

La Turquie est considérée comme un « partenaire économique privilégié » de la Belgique. Notre pays célébrera d’ailleurs l’an prochain le cinquantenaire de l’immigration turque estimée aujourd’hui à 190 000 personnes, pour la plupart de nationalité belge.

De nombreux secteurs (construction, banques, chimie, …) participent à cette mission, attirés par un marché turc qui présente toutefois certains déséquilibres « à surveiller » : le taux d’inflation du pays est en effet élevé et la Turquie est fortement dépendante de ses partenaires économiques pour assurer sa croissance.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :