jump to navigation

La Turquie, un marché dynamique à examiner de plus près 16 octobre 2012

Posted by Acturca in Economy / Economie, France, Istanbul, Turkey / Turquie.
Tags: , , ,
trackback

Le Progrès (France) mardi 16 octobre 2012, p. Supp. Eco-6
Supp. Eco – ActuMarchés

Julia Beaumet

Ces jours derniers, le déplacement à Istanbul d’une délégation économique du Grand Lyon témoigne de l’attrait qu’exercent les rives du Bosphore et le pays tout entier sur les entreprises rhônalpines.

BioMérieux, Seb, Sanofi Aventis ou Sanofi Pasteur. Toutes ces entreprises rhônalpines sont implantées en Turquie. Une concentration qui n’est évidemment pas due au hasard. Si ces quatre groupes rhônalpins ont choisi ce pays au carrefour de l’Eurasie comme axe de développement à l’international, c’est qu’ils connaissent le dynamisme de ce pays qui flirtait en 2011 avec les 8,5 % de croissance.

Un pays de haute technologie

Le pays s’est transformé comme peu d’autres l’on fait, entre 1980 et 2010. Il est ainsi passé de celui que l’on qualifiait d’« atelier de l’Europe » à un « pays de haute technologie ». « La Turquie se situe au 15e rang de l’économie mondiale et au 6e rang de la plus grande économie de l’Union Européenne », souligne Simay Soylu, directrice d’Erai Turquie. Selon cette spécialiste, qui accompagne régulièrement des entreprises rhônalpines sur le terrain, ce marché offre de réelles opportunités dans le BTP, le matériel haute technologie, l’environnement, les télécommunications, les matériaux de construction, les équipements médicaux, la plasturgie, l’agroalimentaire, les biens de consommation.

« Des interlocuteurs curieux d’un point de vue technique »

Une observation demeure cependant. Associée, à tort, à un pays du Maghreb, la Turquie est mal connue des entrepreneurs : « Lorsque j’ai commencé à appréhender le pays, à l’occasion d’une mission économique il y a un an, j’ai été agréablement surpris par l’attitude de nos interlocuteurs qui prenaient notre visite très au sérieux. Nous avons eu des échanges constructifs en anglais. Les Turcs se montrent à la fois curieux d’un point de vue technique et avenants », explique Ludovic Sève, en charge du développement commercial d’une PME beaujolaise, MCM, spécialisée dans la commercialisation de boyaux destinés aux produits de salaison (8 salariés, 5 millions de chiffre d’affaires dont 35 % à l’export).

Une porte ouverte sur la Syrie et le Caucase. Le marché turc est deux fois est demi plus riche que les trois pays du Maghreb réunis (Tunisie, Algérie, Maroc)

Actuellement en phase de négociation avancée avec des industriels turcs, Ludovic Sève a pu se frotter à ce marché « pas plus difficile qu’un autre mais exigeant » : « Les Turcs négocient très ardemment les prix. Par ailleurs, lorsque la relation commerciale doit se pérenniser, il est fréquent qu’ils demandent à avoir un interlocuteur implanté localement, cela peut être un agent, un commercial ou un volontariat international en entreprise (VIE). Je sais que cela peut effrayer certains patrons de PME », poursuit celui qui entend réaliser, grâce au marché turc, entre 200 000 et 400 000 euros de chiffre d’affaires sur l’exercice 2013.

45 heures de travail hebdomadaire

Simay Soylu assure toutefois qu’une société française peut s’implanter en Turquie en une à deux semaines : « Les administrations sont très réactives, beaucoup de salariés parlent anglais. » Des employés administratifs qui touchent, comme les techniciens, un salaire mensuel de 800 euros tandis qu’un ingénieur empochera près de 1 300 euros. La durée du temps de travail en Turquie étant de 45 heures hebdomadaire et le salaire minimum de 305 euros par mois. Mais ces conditions intéressantes ne doivent pas faire oublier un contexte socio-politique difficile, notamment en raison de la frontière commune entre la Turquie et la Syrie, une grande dépendance à la zone euro et un faible ressort de croissance autonome.

Contacts : Régine Weizmann, CCI de Lyon, 
Tél. : 04 72 40 58 07 - weizmann@lyon.cci.fr 
Simay Solu, Erai : simay.soylu@erai.org

 

Carte d’identité

Capitale
Ankara (4,3 millions d’habitants)

Population
73,6 millions d’habitants

PIB/habitant
10 498 dollars

Exportations du Rhône au 1er semestre 2012
118 205 milliers d’euros (15e client)

Importations du Rhône au 1er semestre 2012
71 726 milliers d’euros (24e fournisseur)

Palmarès des 1ers produits importés dans le Rhône
Accessoires pour véhicules automobiles, engrenages et organes mécaniques de transmission, moteurs et turbines (sauf moteurs pour avions, auto et moto), vêtements de dessous, articles de robinetterie etc.

Sources : fichiers CCI et Douanes Françaises

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :