jump to navigation

L’investissement va mieux autour de la Méditerranée 2 novembre 2012

Posted by Acturca in Economy / Economie, Turkey / Turquie.
Tags: ,
trackback

Le Figaro (France) no. 21229, vendredi 2 novembre 2012, p. 18
Économie

Charles Gautier

Après le net ralentissement de 2011, les annonces d’investissements directs étrangers sont en hausse de 11 % au premier semestre.

Échanges. Une embellie économique semble s’amorcer autour de la Méditerranée. Après la chute dramatique de 27 % des investissements directs étrangers (IDE) en 2011, le premier semestre 2012 a marqué une reprise pour certains pays qui, de la Turquie au Maroc, forment une large part du pourtour méditerranéen. Selon l’observatoire Anima-Mipo, cette région a enregistré sur la période une hausse de 11 % des investissements étrangers révélés, soit 19 milliards d’euros.

Retrouvant leurs niveaux de 2008, ces annonces d’investissements (éloignés toutefois du sommet atteint fin 2010) laissent présager un avenir un peu plus radieux. Le tempo est bon : au deuxième trimestre, 11,5 milliards d’euros d’IDE ont été révélés contre 7 au premier trimestre et seulement 4,6 au plus creux de 2011.

Autre signe positif : 258 projets de partenariats d’entreprises, très souvent dus à des entreprises européennes, ont été recensés au premier semestre entre des sociétés locales et des investisseurs étrangers, soit le niveau record de 2010. Ombre au tableau, le reflux des projets au deuxième trimestre (148), soit 13 de moins que le trimestre précédent ; la hausse était ininterrompue depuis l’été 2011.

Gare cependant aux effets en trompe-l’oeil : tous les pays méditerranéens ne sont pas logés à la même enseigne. « La Turquie et Israël ont attiré à eux seuls plus de la moitié des annonces d’IDE », note Emmanuel Noutary, délégué général d’Anima Investment Network.

Turquie en vedette

« Depuis longtemps la Turquie a mis en oeuvre une stratégie internationale, poursuit cet expert. Les projets annoncés sont tournés vers l’automobile, la métallurgie ou l’électricité, ce pays sait profiter de proximité avec l’Europe. Israël bénéficie pour sa part de nombreux investissements américains dans les secteurs des logiciels, de l’électronique et des biotechnologies. »

Le Maghreb connaît une situation très contrastée. « Les investisseurs sont prudents, explique Emmanuel Noutary, le Maroc reste toujours aussi attractif et l’on note qu’en Algérie les Américains arrivent dans le secteur des biotechnologies. » L’observatoire Anima souligne que la Tunisie reste dans une situation stable : le nombre d’annonces d’investissements directs étrangers s’est inscrit au premier semestre à son niveau de l’année dernière. « Les investisseurs ne se bousculent pas mais ils n’ont pas déserté non plus », note l’observatoire. Ailleurs, la situation est très préoccupante : aucun investissement en Syrie au premier semestre, 4 projets au Liban et 28 seulement en Égypte, contre 50 en 2011, et une centaine en 2010.

Les événements de 2011 laisseront des traces inattendues. « Le printemps arabe a amorcé une rotation sectorielle, note Emmanuel Noutary, les secteurs de «rentes», tels que les mines, l’énergie ou les télécommunications, semblent en repli. En revanche, la crise favorise des investissements dans l’agroalimentaire, la santé ou la logistique. » Avec l’espoir que ces derniers plus modestes, mais plus répartis, se diffusent mieux dans les économies de ces pays méditerranéens.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :