jump to navigation

Turquie A la plage avec Alexandre le Grand 7 novembre 2012

Posted by Acturca in Art-Culture, History / Histoire, Turkey / Turquie.
Tags: , , , ,
trackback

L’Express (France) no. 3201, mercredi 7 novembre 2012, p. 152

David Bédart

Au-delà du tourisme de masse, la Lycie possède les attraits naturels et culturels d’une Riviera marquée par l’Histoire.

Une simple promenade dans la vieille ville suffit pour se convaincre qu’Antalya est tout sauf un « bronze-fesses » de plus. Succession de ruines des époques hellénistique, romaine, seldjoukide et ottomane… tout ici rappelle que, depuis sa fondation par Attale II de Pergame en 150 av. J.-C., ce port situé aux confins de l’Europe et de l’Orient n’a jamais cessé d’attirer les visiteurs, quelles que soient leurs intentions. Si l’endroit a les charmes d’un piège à touristes, avec ses marchands de souvenirs, d’épices, ses jardins restaurants, les prix restent sages et aucun rabatteur ne vient gâcher une déambulation récompensée par la vue majestueuse qu’offre le vieux port sur la Méditerranée et les monts Taurus.

La ville moderne ne présentant aucun intérêt hormis son musée archéologique, il faut profiter des excursions que les hôtels (à partir de 3 étoiles) proposent pour découvrir des sites étonnamment peu courus. Tel Aspendos, dont le superbe théâtre romain de 15 000 places accueille chaque été opéras et ballets dans des conditions acoustiques optimales. Les amateurs d’histoire ne manqueront pas non plus de se rendre à Perge, ou encore à Side, là où la cité antique se mêle à la ville moderne… jusqu’ à la plage. Il faut aussi se rendre à Phaselis à bord d’un gulet, joli voilier traditionnel, depuis la ville voisine de Kemer. Après une heure de croisière, on jette l’ancre dans ce qui fut un important port commercial jus-qu’aux invasions arabes du viie siècle. Fondée vers 700 av. J.-C., Phaselis est célèbre pour avoir accueilli, un peu moins de quatre siècles plus tard, lors de sa conquête de la Lycie, un Alexandre le Grand proche du burn out. Un choix qui demeure excellent au vu de la douceur de l’endroit : le seul bâtiment jouxtant la plage étant un majestueux aqueduc romain… Séchez-vous bien après la baignade, car la prochaine étape nous emmène à 2 400 mètres d’altitude : à quelques kilomètres, le téléphérique de Tahtali vous élève au sommet du mont éponyme en dix minutes à, tout de même, 28 euros. La vue sur la côte est époustouflante. Les sportifs pourront, de février à avril, redescendre tout schuss par l’une des deux pistes presque jusqu’à la plage ! (l’équipement est à louer sur place). Les fans de la formule ski/mer dans la journée pourront aussi se rendre au Saklikent Ski Resort, véritable station de sports d’hiver située à une demi-heure de route d’Antalya. Les autres hyperactifs préféreront le canyon de Koprulu et ses 16 kilomètres de descente douce en rafting, au milieu d’une garrigue parsemée de bosquets de lauriers-roses, avant un déjeuner de truites. S’il vous reste un peu de temps, posez votre serviette sur la plage !

Pratique

Voyageurs du monde propose un circuit « Côte lycienne, des vestiges à la plage » : 1 250 par personne (8 jours-7 nuits), vol compris.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :