jump to navigation

Altuntas récolte le fruit de son travail 13 novembre 2012

Posted by Acturca in Economy / Economie, France, Immigration, Turkey / Turquie.
Tags: ,
trackback

La Montagne (France) mardi 13 novembre 2012, p. Issoire-12

Maud Turcan

Arrivé de Turquie au début des années 80, Irfan Altuntas a monté une petite entreprise de primeur à Thiers. Aujourd’hui, elle rayonne au-delà du département et fait travailler ses cinq fils.

On dit que la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Dans le cas de la famille Altuntas, la récolte est excellente puisque les cinq fils d’Irfan ont tous suivi les traces de leur père dans l’entreprise familiale de vente de fruits et légumes installée à La Monnerie, à quelques kilomètres de Thiers.

Parti de rien, Irfan Altuntas a travaillé dur pour créer une affaire qui rayonne aujourd’hui au-delà du département. Zafer tient le magasin de Lempdes, Sitki est au marché couvert de Vichy, Esref s’occupe du magasin de Cusset, Razim et Mohammed gèrent les marchés et l’approvisionnement avec leur père et Menderes, le mari de Kiraz, unique fille de la famille qui a aussi travaillé aux côtés de son père.

Arrivé de Turquie au début des années 80, Irfan s’installe dans la région et débute comme maçon, un an chez Jojo Ligier, à Saint-Rémy-sur-Durolle, et quatre ans chez Jean Chossière, à Thiers. Mais ce travailleur acharné revient vite à ses premières amours, les fruits qu’il cultivait étant enfant dans la campagne de la Cappadoce.

En 1986, il monte une petite boutique, rue de Lyon, à Thiers. Contrainte de déménager à cause de la démolition de son immeuble, la famille s’installe à La Monnerie en 1992. Un emplacement idéal trouvé par le notaire Chassaigne qui avait bien compris la volonté d’Irfan. Dans ce site idéal, l’entreprise s’est développée pour compter aujourd’hui neuf salariés et six camions dont trois semi-remorques. La famille s’est aussi installée confortablement, chacun chez soi mais tous à proximité. Et c’est là la force des Altuntas, être ensemble, rester solidaires pour aller de l’avant.

« J’ai toujours pensé à ma famille. J’ai d’ailleurs acheté cette grande maison avec l’idée que chacun pourrait trouver sa place. Aujourd’hui, tous mes enfants vivent à côté de moi, dans des appartements que j’ai arrangés au fil des années. Le dimanche, on mange souvent tous ensemble et, en semaine, c’est souvent la maman qui fait la cuisine pour tout le monde avec l’aide de ses cinq belles-filles qui en profitent pour apprendre les recettes traditionnelles », confie Irfan.

Comme leur père, les enfants d’Irfan s’investissent sans compter. « On a toujours vu notre père travailler. Quand on revenait de l’école, il y avait toujours quelque chose à faire pour l’aider et plus les années ont passé, plus il y a eu de travail. On a naturellement suivi ses traces, on est né là-dedans et c’est une passion pour nous, la vente, le contact avec le client. C’est parfois difficile mais on est tous ensemble, on se soutient », résume Razim.

À 55 ans, ce patriarche se retourne avec modestie sur le chemin parcouru mais c’est avec une grande fierté qu’il évoque sa famille fondée avec Hasibe. Aujourd’hui, la relève semble assurée avec déjà onze petits-enfants. « S’ils veulent travailler avec nous, on a toujours la capacité d’amener l’entreprise plus haut », confie Razim dont le fils Emiran donne déjà des coups de main du haut de ses 7 ans.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :