jump to navigation

Querelle turco-néerlandaise sur la garde d’un enfant par un couple de lesbiennes 19 mars 2013

Posted by Acturca in Immigration, Turkey / Turquie.
Tags:
trackback

Le Monde (France)  mardi 19 mars 2013, p. 6

Jean-Pierre Stroobants

Une querelle diplomatique oppose les Pays-Bas et la Turquie à la veille d’une visite du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, prévue les 20 et 21 mars. Le différend porte sur le sort d’un petit garçon confié à la garde d’un couple de lesbiennes, ainsi que l’autorise la loi néerlandaise. Les jeunes femmes et le petit Yunus, 9 ans, font l’objet de mesures de protection policière depuis quelques jours.

Depuis qu’il est âgé de 4 mois, l’enfant fait l’objet d’une mesure de placement. Il était arrivé avec une blessure au crâne et un bras cassé dans un hôpital de La Haye. Les services sociaux néerlandais avaient également décidé, en 2008, du placement de ses deux frères, âgés de 7 et 11 ans. Les parents les avaient enlevés et renvoyés en Turquie, ce qui leur valut une condamnation. Ils ont, depuis, récupéré la garde d’Arif et Halil et réclament que leur troisième fils les rejoigne.

« Notre fils est dans une famille qui ne partage pas nos normes et nos valeurs. Comment vous sentiriez-vous si votre enfant habitait chez une lesbienne ? « , ont-ils interrogé, par le biais d’un appel dans les médias. Le couple a été entendu par le gouvernement de M. Erdogan, qui a entrepris une action visant à récupérer les enfants d’origine turque confiés aux Pays-Bas à des couples chrétiens ou homosexuels. Le vice-premier ministre, Bekir Bozdag, a demandé que l’enfant soit élevé dans « un environnement similaire à celui de sa culture familiale ». Selon M. Bozdag, Yunus risque un état de « confusion  », dû notamment au fait qu’il doit appeler ses deux parents « maman ».

Ankara soutient financièrement les démarches des parents et encourage désormais des associations qui tentent de favoriser l’accueil de jeunes Turcs par des couples musulmans. M. Erdogan a manifesté l’intention de rencontrer le petit Yunus au cours de la visite qu’il doit effectuer aux Pays-Bas, où vivent un demi-million de personnes d’origine turque. La famille d’accueil s’y oppose. Elle a été évacuée par la police vers une adresse gardée secrète et l’enfant ne peut plus se rendre à l école.

Demandes  » inappropriées « 

Un député de l’AKP, le parti du premier ministre turc, a indiqué récemment : « Nous n’exigeons pas pour l’instant le retour de ces enfants mais – les conventions internationales – autorisent la Turquie à le faire. Nous pourrions y recourir si les mesures de protection de ces enfants continuent à poser problème.  »

Lodewijk Asscher, vice-premier ministre travailliste et ministre des affaires sociales du gouvernement dirigé par Mark Rutte, a jugé « totalement inappropriées » les tentatives d’immixtion d’Ankara. Deux députés d’origine turque de son parti ont estimé que l’affaire était strictement néerlandaise mais ils ont appelé les familles musulmanes à se porter plus souvent volontaires pour accueillir des enfants.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :