jump to navigation

Dirickx plante ses clôtures sur le marché turc 2 mai 2013

Posted by Acturca in Economy / Economie, France, Turkey / Turquie.
Tags: , ,
trackback

Les Echos (France) no. 21429,  Régions, jeudi 2 mai 2013, p. 24

Emmanuel Guimard

Le spécialiste des clôtures crée un joint-venture en Turquie. Il monte en gamme sur des produits de « protection périmétrique ».

Dirickx franchit le Bosphore. Le groupe familial mayennais, fabricant de clôtures, portails et systèmes de sécurité associés, s’est trouvé un alter ego familial pour fonder un joint-venture et aborder le marché turc. Situé dans la banlieue d’Istanbul, le groupe Ozyasar, détenu par la famille Cokyasar, emploie 300 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 135 millions d’euros. « Ozyasar se trouve en amont de notre activité, notamment dans le tréfilage et le grillage tissé, des produits à plus faible valeur ajoutée que les nôtres mais il est très bien introduit en Turquie, marché où nous arrivons avec un peu de retard par rapport à nos concurrents », indique Hervé Denis, récemment nommé directeur international de Dirickx. L’aventure démarre sur une alliance commerciale, avec des produits Dirickx fabriqués en France, en Chine ou en Slovaquie.

Mais dans un deuxième temps, elle devrait déboucher sur un investissement industriel. Et, depuis la Turquie, l’ambition de Dirickx est de rayonner sur le Proche et le Moyen-Orient où le groupe s’estime insuffisamment présent. Certes, des contrats récents ont été remportés à Dubai, avec un projet de sécurisation pour l’armée royale et un contrat sur l’aéroport. Mais le groupe perçoit des perspectives plus vastes en Arabie Saoudite ou en Irak, dans le domaine pétrolier notamment.

Plus globalement, le groupe, qui emploie 900 salariés dont 350 en Mayenne, se structure à l’international, faute de croissance en France. Son intention est de doubler dans les trois ans sa part export. Celle-ci s’élève à 15 % sur un chiffre d’affaires 2012 de 140 millions d’euros, contre 146 millions d’euros en 2011. Et c’est une croissance d’environ 4 % qui est envisagée cette année. Hervé Denis veut réorganiser la présence du groupe dans les pays de l’Est où Dirickx fut un pionnier.

100 salariés en Chine

Le groupe renforce également son usine chinoise, ouverte en 2004 et aujourd’hui forte de 100 salariés. Quatorze kilomètres de clôtures viennent d’être vendus pour protéger la centrale nucléaire de Taishan et d’autres projets sont en vue dans les domaines aéroportuaires et nucléaires. Mais pour résister, le groupe continue à s’orienter vers des produits à plus forte valeur ajoutée qu’il regroupe sous le concept de « protection périmétrique ». Il s’agit de systèmes électroniques de détection par radiofréquences, d’alarmes, de caméras, etc. Le catalogue s’est aussi étoffé de nouvelles gammes de portails, de tourniquets, etc. « Sans ces produits, note le dirigeant, nous aurions régressé, y compris en Chine où la demande porte sur des produits plus haut de gamme qu’en Europe. »

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :